L'Avenir Agricole et Rural 26 octobre 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

RÉSEAUX ELEVAGE : PRODUIRE DES JEUNES BOVINS A PARTIR DE BROUTARD :QUEL INTERET ÉCONOMIQUE

Une nouvelle carte de services en viande bovine a été élaborée par les Chambres d’Agriculture de Moselle, d’Alsace et de Haute Marne sous la bannière 3CE (Chambres Conseil Contrôle de performances en élevage). Dans notre démarche de mutualisation de nos compétences, nous proposons une carte enrichie pour répondre au mieux aux besoins des éleveurs quel que soit leur système de production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les GMQ visés en charolais doivent se situer (en moyenne sur la durée de l’engraissement) autour de 1 400 g/j.
Les GMQ visés en charolais doivent se situer (en moyenne sur la durée de l’engraissement) autour de 1 400 g/j. - © CA 52

Les rendements en ensilage de maïs s’annoncent, en règle générale, satisfaisants (10 à 14 t MS/ha). Les bons rendements et les surfaces supplémentaires emblavées en betteraves laissent présager une bonne disponibilité en pulpes cette année.

Même si moins important globalement sur le Grand Est que ce que l’on pouvait craindre, l’impact des conditions climatiques (épisodes de gel, sécheresse du printemps et coup de chaud de juin) sur les cultures se traduit par des rendements hétérogènes et assez moyens, excepté pour le colza. Les cours des céréales sont toujours bas et les prix des correcteurs azotés sont en légère baisse.

Parallèlement, les prix des broutards se sont bien maintenus et les marchés sont plutôt soutenus. Les cours des jeunes bovins sont remontés en 2017 au niveau de 2015. Ils ont été stables sans creux saisonniers, en raison notamment d’abattages modérés. Ils restent cependant à des niveaux inférieurs à ceux atteints en 2012 et 2013.

Dans ce contexte, quelle ration d’engraissement des jeunes bovins, pour quel coût ?

 

Un coût alimentaire stabilisé

Les rations présentées dans le tableau 1 correspondent aux besoins d’un taurillon charolais pour passer du poids de 320 kg vifs à 720 kg vifs (soit 420 kg carc avec un rendement 58 %). Les croissances visées (en moyenne sur la durée de l’engraissement) doivent se situer autour de 1 400 g/j pour une ration à base d’ensilage de maïs, 1 500 g/j pour une ration maïs+blé et 1 600 g/j pour des rations à base de blé.

Pour atteindre un même objectif de poids à la vente (420 kg de carcasse en moyenne), la durée d’engraissement sera donc d’autant plus courte que la ration choisie permettra une croissance élevée. Néanmoins, les rations permettant les meilleures croissances peuvent être onéreuses et le coût total sur la durée d’engraissement doit être calculé.

Certaines rations sont plus délicates à conduire que d’autres (ex: risque d’acidose en ration céréales) et les objectifs de croissances peuvent être alors difficiles à atteindre. Attention à bien gérer la période de transition alimentaire qui doit être progressive.

 

Pour la suite de l'article, consultez notre édition de cette semaine page 04-et 05

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui