L'Avenir Agricole et Rural 16 avril 2020 à 16h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Réponse à la demande de réduction de la production laitière

La crise sanitaire exceptionnelle a des impacts forts sur les filières agricoles. Les laiteries observent une baisse soudaine de la consommation et une chute dans la capacité de transformation (ouvriers malades, approvisionnement d'emballages, logistique...). Elles préfèrent prendre les devants en demandant aux éleveurs laitiers de limiter leur production. Cette démarche qui ne pouvait pas être anticipée demande aux agriculteurs de s'adapter, encore.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La réduction des livraisons de lait devra être compensée financièrement.
La réduction des livraisons de lait devra être compensée financièrement. - © Reseaux d'Elevage

Notre article n'a pas pour objectif d'imposer aux éleveurs laitiers de baisser volontairement leur livraison de lait. En effet après plusieurs années climatiques difficiles, nous sommes conscients que la plupart des exploitations ont besoin de dégager le maximum de trésorerie pour faire face aux dépenses de l'exploitation et notamment aux annuités. Nous voulons simplement ici proposer des leviers techniques qui permettent de baisser les livraisons de lait dans le cadre d'une prise de conscience collective. Dans ce contexte, plusieurs leviers de court terme peuvent être actionnés pour limiter une perte économique et financière sans compromettre le reste de la campagne.

Baisser sa production en déconcentrant sa ration, tout en maintenant les équilibres

Il est possible de limiter les concentrés énergétiques et protéiques pour diminuer sa production par vache. Toutefois, il est primordial de maintenir les équilibres nutritionnels pour ne pas pénaliser les animaux (perte d'état, reproduction, physiologie...) et assurer la reprise de production.

La première possibilité est de déconcentrer la ration avec un apport de fibres (foin/paille). Cette technique est à privilégier dans le cas où les stocks en ensilages/enrubannés sont faibles. Une deuxième possibilité est de limiter le recours aux concentrés afin de réduire les charges alimentaires.
Il est aussi envisageable de réduire le concentré de production qui est actuellement distribué. La réduction d'un kilo de concentré de production sur des rations base maïs qui se situent entre 100 et 200 gr de concentré par kilo de lait produit (de 200 à 300 gr/kg lait en système foin) aura un effet négatif sur la production journalière d'environ -0.4 l de lait/kg de concentré retiré ; Pour des rations inférieures à 100 g de concentré/ kg de lait produit (ou 200 gr/kg lait en système foin), l'impact sera plus important à -0.9 l de lait/kg concentré retiré. Attention, l'ingestion de fourrage sera plus élevée de +0.5kg MS par kg de concentré en moins.

Tarissement plus long
Pour réduire le volume livré, il est envisageable de tarir plus précocement (en mettant l'accent sur les vaches infectées) en veillant à l'hygiène lors du tarissement, mais également de leur logement. Il faut cependant veiller à distribuer une ration maigre à ces animaux. En effet, il est primordial que les animaux ne s'engraissent pas pour limiter les risques d'acétonémie en début de lactation. Pour les vaches taries au parc, vous pouvez ajouter de la paille en libre-service. Il est judicieux de rappeler que l'herbe de printemps étant très riche, il y a un risque d'engraisser les vaches. Il est donc nécessaire de mettre les vaches taries sur des parcelles avec peu d'herbe disponible par animal.

Vous pourrez retrouver l'intégralité de cet article dans notre édition du 17 Avril 2020

Pour rappel, pour les systèmes en pâture exclusive, le chargement au printemps est 30 ares/VL. En revanche, pour les systèmes en pâture limitante, la règle suivante est à suivre : pour 2 ares manquants, distribuer 1 kg MS de fourrage à l'auge.

Voici quelques exemples adaptés à la mise à l'herbe en utilisant les concentrés à minima :

o Système tout herbe (19 L/VL/j) : si vous avez à disposition 30 ares/VL en pâture vous pouvez ne pas distribuer d'aliments (fourrages et concentrés) à l'auge.
o Système pâturage limitant + maïs (23.5 L/VL/j) : si vous avez 15 ares/VL en pâture alors que l'objectif est de 30 ares, il manque donc 15 ares/VL. Il faut alors distribuer 6.5 kg MS d'ensilage de maïs, 1 kg MS de foin et 0.7 kg de correcteur azoté à l'auge.
o Système pâturage limitant + herbe/maïs (24.5 L/VL/j) : si vous avez 10 ares/VL en pâture, il vous manque 10 kg de MS de fourrage. Vous pouvez alors distribuer 7 kg MS d'ensilage de maïs et 3 kg MS d'ensilage d'herbe ou d'enrubanné. La complémentation serait alors de 0.7 kg de correcteur.
o Système zéro pâturage, maïs + herbe (26 L/VL/j) : avec  10 kg MS de maïs, 6 kg de MS d'ensilage d'herbe et 1 kg de foin, vous pouvez complémenter à hauteur de 3 kg de correcteur et 0.5 kg de céréales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2601 | mai 2020

Dernier numéro
N° 2601 | mai 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui