L'Avenir Agricole et Rural 24 décembre 2020 a 08h00 | Par E. AUBRY

Renouvellement plus gros et plus fréquent

L’investissement dans une ensileuse a été à l’origine de nombreuses créations de CUMA en secteur d’élevage, il y a plusieurs dizaines d’années. Aujourd’hui le contexte agricole a changé, l’impact sur les investissements en ensileuse dans les groupes est notable.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le marché des machines achetées en CUMA correspond aux gammes 450 à 500 cv.
Le marché des machines achetées en CUMA correspond aux gammes 450 à 500 cv. - © EA

On compte en moyenne un investissement en ensileuse par an et par département en région Grand Est. Le ratio occasion-neuf est d’un tiers, il varie peu depuis 20 ans malgré l’évolution des tarifs d’achat, en effet on note une augmentation de 60 % des prix entre les années 2000 et 2020 toutes marques confondues et modèles identiques neufs, soit + 3 % par an.

Les CUMA ont plutôt tendance à conserver les machines le plus longtemps possible, l’engagement d’activité sur de longues périodes dans un contexte de diminution des élevages et l’incertitude du maintien des surfaces freinent le renouvellement. Mais les groupes évoluent et il est à noter que les acquisitions s’orientent vers des machines plus grosses (puissance, largeur de bec) et se font parfois plus vite qu’initialement prévu.

Le marché des ensileuses en Grand Est se compose des marques Claas (60 % des ventes neuves), John Deere, New Holland et Krone (présence qui s’accroit depuis 2017). Il est à souligner un tarif à l’achat 20 % plus cher pour les machines Claas.
De manière plus globale les trois-quarts des ensileuses du Grand Est sont concentrées sur les départements « d’élevage » de la région à savoir 54, 88, 08 et 52, ce qui représente environ dix machines pour chacun de ces départements.
Les perspectives d’évolution des ensileuses en CUMA restent complexes, le choix de conserver le plus longtemps possible une machine peut-être un moyen de garder une activité, mais sans la pérenniser. On observe cependant que le développement des unités de méthanisation qui induisent l’augmentation des surfaces ensilées est un réel levier pour permettre le prolongement de l’activité et le renouvellement d’une machine. Mais cela engendre généralement des investissements conséquents pour répondre à la demande de ces nouveaux adhérents.

Les Cuma éligibles au Plan de relance agricole

La mise en oeuvre de plusieurs volets du plan de relance «France Agrimer» se prépare avec une ouverture théorique des dépôts de dossiers au 04 janvier prochain.
Les Cuma y sont éligibles avec un taux d’aide majoré de 10 % et des plafonds d’investissement pouvant aller au maximum à 150 000 € H.T. pour un ou plusieurs outils.
Elles peuvent déposer des dossiers dans les programmes :
«aides aux investissements en exploitation pour la réduction des intrants» et
«aides aux investissements en exploitation pour le développement des protéines végétales»
La Frcuma Grand Est, par le biais de son animateur départemental, peut aider à clarifier certains éléments et accompagner les groupes dans le montage des dossiers.
N’hésitez pas à le contacter : eric.aubry@cuma.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2662 | juillet 2021

Dernier numéro
N° 2662 | juillet 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous