L'Avenir Agricole et Rural 15 septembre 2016 à 08h00 | Par D. Coueffe - D. CAILLAUD

Réduction volontaire et temporaire de la production laitière

Le ministère de l’agriculture a annoncé fin août la mise en place d’une aide à la réduction volontaire et temporaire de la production laitière, sur la base d’une enveloppe européenne complétée par un financement français. Ces périodes de réduction des volumes sont prévues sur 3 mois. Les demandes devront être formulées auprès de France Agrimer du 12 au 21 septembre midi pour la période couvrant octobre à décembre 2016.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un point de situation s’impose avant de vous engager dans une réduction volontaire de votre production laitière.
Un point de situation s’impose avant de vous engager dans une réduction volontaire de votre production laitière. - © D.C.

Les points clefs du dispositif : une aide soumise à conditions

Le ministère de l’agriculture a annoncé fin août la mise en place d’une aide à la réduction volontaire et temporaire de la production laitière, sur la base d’une enveloppe européenne complétée par un financement français. Ces périodes de réduction des volumes sont prévues sur 3 mois. Les demandes devront être formulées auprès de France Agrimer du 12 au 21 septembre à midi pour la période couvrant octobre à décembre 2016.

• L’aide est conditionnée à une réduction d’au moins 1500 kg (1457 litres) de lait et au maximum à 50 % des volumes livrés sur la période d’octobre à décembre 2016 en comparaison à la période d’octobre à décembre 2015 (paies de lait faisant foi).

• C’est un dispositif volontaire basé sur la demande préalable des producteurs (formulaire en ligne prochainement accessible sur le site de France Agrimer).

• D’autres périodes de réduction sont prévues, sous réserve que tout le budget n’ait pas été consommé pour cette 1ère demande.

• Le montant de l’aide est de 240 Ä/1000 kg pour les premiers 5 % de lait non produits et 140 Euros/1000 kg au-delà.

Dans les 45 jours qui suivent la période de réduction (donc à partir du 1er janvier) le producteur devra faire une demande de paiement auprès de France Agrimer. L’aide sera versée dans les 90 jours qui suivent la fin de la période de réduction.


J’y vais – J’y vais pas ?

Un exemple pour comprendre

Avant toute décision, il est important de faire une prévision laitière sur les 3 prochains mois pour évaluer sa situation. Il faut également voir avec sa laiterie si je risque d’être pénalisé pour non livraison du volume contractuel.

On peut ainsi imaginer différents cas de figures :

1 - Du fait de l’année, sans modifier mes pratiques et mes effectifs, la prévision laitière évalue une réduction d’au moins 5 % du volume par rapport à octobre-décembre 2015 : je m’engage sans rien changer.

2 - Je choisis de réduire ma production laitière en réduisant les concentrés (tout en veillant à conserver une ration équilibrée) pour diminuer le lait/VL, en réformant plus rapidement certaines vaches, en distribuant du lait de vache aux veaux à la place du lait en poudre …dans tous les cas, je fais un budget partiel pour regarder l’intérêt de cette mesure.

Exemple : (attention : raisonnement en kg de lait et non en litres de lait)

L’exploitation support :

• 482 000 kg vendus en 2015 (142 000 kg sur octobre-novembre-décembre 2015)

• Prévision de 58 VL traites à 26,8 kg sur octobre-novembre-décembre 2016, soit une production de 143 000 kg.

L’éleveur souhaite s’engager sur une diminution de 5% de sa collecte par rapport à 2015, soit 7 100 kg en moins (142 000 kg x5 %). Il doit donc produire 135 900 kg sur octobre-novembre-décembre 2016 (contre 143 000 kg initialement prévu) pour respecter son engagement.

Le 1er levier utilisé sera la réduction de concentrés. Sur une ration initialement équilibrée, la diminution d’1 kg de concentré de production/vache/jour amène une diminution de la production laitière de 0,9 kg de lait/vache /jour (source Institut de l’Elevage).

Avec cette pratique, l’éleveur table donc sur une diminution de 4 800 kg de lait pour 5,3 tonnes de concentrés de production en moins.

Pour atteindre son objectif, l’éleveur va aussi réformer de manière anticipée 1 vache à problème. La diminution de production est estimée 2 500 kg de lait sur la période.

Les mesures prises permettront donc de diminuer la production prévue sur octobre à décembre 2016 de 7 300 kg de lait, soit 135 700 kg de lait au lieu des 143 000 kg. L’engagement de réduction serait donc tenu. Il restera néanmoins à bien vérifier au mois le mois la diminution de production réelle pour réajuster les mesures le cas échéant.


En conclusion

L’intérêt économique de cette mesure est avant tout lié à la précision entre votre prévision et la réduction effective de production laitière. Si vous n’atteignez pas au moins 80 % de votre objectif de réduction, l’aide sera réduite. Inversement, si vous avez une réduction supérieure à votre engagement, l’aide ne sera pas supérieure.

Si vous prévoyez une réduction de production sur octobre-décembre 2016 par rapport à la même période 2015, du simple fait de votre situation (moins de vaches, fourrages moins bons qu’en 2015…), l’engagement dans cette mesure est gagnante

Aide à la réduction volontaire de la production laitière

Pour effectuer les demandes 2 solutions étaient possibles : la faire soi-même ou donner mandat à sa coopérative ou à son OP pour la faire en son nom. Les OP présentes sur le département n’ont pas jugé utile de tenir ce simple rôle de boîte aux lettres et aucune d’entre elles n’intervient donc à ce sujet.

En conséquence tout producteur livrant à une entreprise privée doit faire sa demande directement à partir du formulaire mis en ligne par FranceAgriMer à l’adresse ci-dessous.

Les adhérents d’une coopérative doivent prendre contact avec celle-ci pour savoir ce qu’il en est.

http://www.franceagrimer.fr/filiere-lait/Aides/Aides-de-crise/Aide-a-la-reduction-de-livraison-de-lait-de-vache

La demande requiert de mentionner le numéro de l’Acheteur, celui-ci figure dans une des annexes de la procédure, toutefois nous les avons relevés pour vous :

Lactalis : 541

Marcoux : 534

Savencia : 084

Schertenleib : 611

Senagral : 258

Sodiaal : 610

Triballat : 297

ULV : 305

Attention, la date limite de l’envoi de la demande (uniquement via internet) est le 21 septembre à 12h.

AL/FDPL


Enfin sachez que la Fédération Nationale des Industries Laitières (FNIL), qui regroupe les entreprises privées, s’est formellement engagée à ce qu’il n’y ait aucun problème de non-respect du volume contractuel quel que soit le contrat.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui