L'Avenir Agricole et Rural 11 juillet 2013 à 14h33 | Par A. Baillet - CETIOM

RECOLTE DUCOLZA - Attendre la pleine maturité malgré des récoltes tardives

Avec les aléas climatiques de la campagne, le potentiel du colza sera en retrait dans un grand nombre de parcelles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Il est conseillé de placer la barre de coupe le plus haut possible.
Il est conseillé de placer la barre de coupe le plus haut possible. - © Cetiom

Limiter les pertes à la récolte sera donc encore plus important cette année de récolte très tardive du fait du retard très important de la végétation.

Bien régler sa machine

Il est conseillé de placer la barre de coupe le plus haut possible. Les vitesses d’avancement de la machine, des rabatteurs et de la vis doivent être réduites. Il faut bien sûr rester vigilant sur la qualité de ce qui arrive en trémie mais attention à l’accroissement des pertes de graines par augmentation de la ventilation. En situation, des mesures ont permis d’évaluer un doublement des pertes arrières pour seulement 0,5% d’impureté gagnée… Etre contraint d’augmenter la vitesse batteur et la ventilation est souvent le signe d’une humidité en végétation trop importante. Il est alors vivement conseillé de rechercher une meilleure maturité.

Patienter pour gagner des quintaux

Chaque année dans la plaine, c’est le même constat : trop de parcelles de colzas sont récoltées à une maturité non optimale. Les enjeux sont importants : un essai réalisé à Estrées-Mons (80) en 2010 a montré un gain de 4 q/ha grâce à une récolte à bonne maturité (cf. figure n°1).Sauf événement climatique exceptionnel ou maladies de fin cycle, les pertes de graines par égrenage ou la verse font désormais partie du passé grâce à l’amélioration de la résistance variétale. Il est donc plus facile d’attendre que les graines aient atteint le seuil de 9 % d’humidité (norme commerciale). Mais cet indicateur n’est pas suffisant pour déclencher le chantier de récolte. L’évolution variétale (résistance phoma, pieds secs) et des pratiques (fongicides de printemps) a entraîné une phase de dessiccation des plantes plus longue. Il est donc important de patienter pour ne pas laisser de siliques vertes (ou jaunes mais non matures) non récoltables et des pailles trop humides. Les deux entraînent l’accroissement important des pertes à l’arrière de la machine, non détectées par les capteurs et non visibles dans les résidus de culture (astuce : jet d’un bac sous la machine pour mesurer les pertes de graines arrières).Dans beaucoup de situations ces dernières années, le décalage de la récolte du colza après celle des blés a été payante. Cette année, les stades hétérogènes et le retard de végétation doit inciter d’autant plus à rechercher une maturité optimale des graines, des siliques et une faible humidité des pailles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2473 | décembre 2017

Dernier numéro
N° 2473 | décembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui