L'Avenir Agricole et Rural 27 septembre 2012 à 16h03 | Par L'Avenir Agricole et Rural

RECOLTE DE MAIS GRAIN - PLANIFIER POUR NE PAS ENGORGER

La coopérative EMC2 a organisé des réunions d'information à destination des entrepreneurs de travaux agricoles afin de les sensibiliser à la problématique du risque d'engorgement des outils de séchage. Une situation inédite dans notre secteur lié aux ressemis massif de cultures de printemps.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La récolte du maïs grain 2012 sera particulière en raison du triplement des surfaces d'une part et de la récolte de tournesol concomitante. D'autre part,  les séchoirs de Metz et de Belleville sont mobilisés jusque mi-octobre, d'où un risque d'engorgement des outils de séchage. D'après une enquête auprès de ses adhérents, la coopérative EMC2 estime la récolte sur sa zone d'intervention à 60 000 tonnes sur 7300 ha, soit trois fois plus que l'an passé. Le système de gestion planifié présenté aux Entrepreneurs de Travaux Agricoles, a déjà été éprouvé dans d'autres départements. Il devrait permettre de faire face à cette situation atypique à condition que chaque adhérent fasse preuve plus que jamais de son sens de la coopération, afin que la récolte se déroule dans les meilleures conditions.

 


L'agriculteur au cœur du dispositif


Concrètement, la récolte du maïs grain pourrait s'étaler jusque début novembre selon les prévisions de Patrice Brisson, directeur adjoint d'EMC2 avec une période critique la première quinzaine d’octobre. Le planning tel qu'il est envisagé par le responsable ne prévoit pas d'ouverture des silos le week-end, sauf cas de force majeure.La planification met l'agriculteur au centre du système.  Celui-ci doit prendre position auprès de son responsable de silo sur une date d'enlèvement (à la ferme) ou de livraison au silo et la respecter. Cette position doit être prise en accord, avec le planning de son ETA, s’ il fait récolter, et selon le stade de maturité de sa culture, sachant qu'un maïs peut rester sur pied et gagner des points d'humidité. Le système, géré par un programme spécifiquement élaboré par les logisticiens,  introduit néanmoins de la souplesse. La position prise par l'agriculteur en unités de dix équivalents tonne sèche (ETS) peut être annulée la veille auprès du responsable de silo sans pénalité financière. Elle peut également être prise peu de temps avant. «C'est le même principe qu'un rendez-vous chez le dentiste » explique Joël Zehr, responsable du secteur Haute-Marne. En cas d'aléas climatique retardant la récolte, le planning est automatiquement décalé. Une marge d'erreur de 10% est tolérée sur les tonnages prévisionnels estimés par les agriculteurs. Les adhérents EMC2 qui livrent à d'autres silos ne font pas exception à la règle. Des accords pris entre organismes collecteurs permettront d'y faire face.

 


Rien ne sert de courir, il faut livrer à temps


Afin de lisser les livraisons dans le temps, un système d'incitation financière est mis en place. Il récompense les adhérents qui respecteront au plus près leurs positions ainsi que ceux qui livrent en dehors de la première quinzaine d'octobre. Les livraisons du mois de septembre bénéficieront d'un bonus de 5 €/t sans contrainte de planification. A partir du mois d'octobre, les livraisons qui respecteront la programmation à +/- un jour bénéficieront d'un bonus de 3 €/t. L'impact financier sera neutre si la livraison est effectuée dans la semaine planifiée. Au delà d'un délai d'une semaine par rapport à la programmation, la livraison sera pénalisée de 5 €/t. Quant aux livraisons non programmées, elles seront pénalisées de 10 €/t, voire refusées en cas d'engorgement des séchoirs. Une situation que la coopérative souhaite absolument éviter.
Pour des raisons pratiques, une retenue de 10 euros tonnes sera réalisée sur les premières livraisons afin de solder le bonus/malus en fin de récolte sans aller rechercher de l'argent chez les adhérents.
L'enregistrement des planifications  a débuté cette semaine. L'hétérogénéité de la récolte observée sur le terrain devrait aller dans le sens de l'étalement de la récolte en recherchant une maturation optimum. Seul inconnue, la météo qui obligera à aviser au jour le jour.


(voir notre la carte des capacités séchage d'EMC2 dans notre hebdomadaire page 06)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui