L'Avenir Agricole et Rural 02 juillet 2015 à 08h00 | Par T.Morillon

(Re) découvrir les blés de pays

Les 26 et 27 juin, l’ARDEAR Champagne-Ardenne a proposé une visite commentée d’une collection de variétés anciennes de blés de pays, au GAEC du Val du Four à Essey-les-Ponts. Un moment de rencontre et d’échanges pour les agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les blés proviennent du Conservatoire de Ressources Biologiques (CRB), de l’association «Graine de Noé» (en Côte d’Or) et d’autres plates-formes paysannes de différentes régions de France.
Les blés proviennent du Conservatoire de Ressources Biologiques (CRB), de l’association «Graine de Noé» (en Côte d’Or) et d’autres plates-formes paysannes de différentes régions de France. - © T.M.

Des espèces délaissées

 

Obtenir une stabilité

A partir des années 1830 commence l’arrivée des blés russes, ukrainiens (Noé) et anglais (Chiddam, Goldendrop) qui se propagent en France. Les premiers croisements ont été faits par Vilmorin en 1874 dans le but d’avoir un meilleur rendement, ce qui a fait reculer l’utilisation des blés de pays. Entre 1960 et 1970 ont eu lieu les dernières campagnes de sauvetage des blés de pays. Depuis une quinzaine d’années, une centaine d’agriculteurs s’intéressent à nouveau à ces variétés, notamment pour la fabrication de pain. En plus d’amener plus de goût au consommateur, c’est un moyen d’avoir une qualité constante, mais aussi de stabiliser les rendements, grâce à la culture en mélange de variétés / populations et sa diversité génétique représentant un potentiel d’adaptation.

Les essais effectués sur cette parcelle vont permettre d’observer les variétés de blés oubliées pour mieux connaître leurs qualités agronomiques, mais aussi d’identifier les espèces rustiques qui s’adaptent aux conditions pédoclimatiques locales. Cette rencontre est un moyen d’acquérir des savoir-faire liés à la conservation de variétés anciennes et de pays, de faire connaître ces espèces et leurs qualités et d’échanger des connaissances avec d’autres acteurs engagés dans une démarche similaire. Les essais effectués sur cette plateforme permettent aussi de multiplier ces semences dans l’optique d’une mise en culture à plus grande échelle.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 03 Juillet 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2454 | juillet 2017

Dernier numéro
N° 2454 | juillet 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui