L'Avenir Agricole et Rural 12 avril 2018 à 10h00 | Par Chambre d'agriculture de l'Aube

Rassemblement en faveur de la transmission des exploitations

Le CODASEA a réuni ses partenaires le 13 mars à Ceffonds autour du sujet de la transmission. L’occasion de faire un point sur les outils existants et les chantiers engagés par les Chambres d’agriculture de l’Aube et de la Haute-Marne afin d’apporter le meilleur accompagnement et pérenniser l’activité agricole dans les territoires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thomas Carcasses a trouvé une exploitation pour son installation grâce au RDI.
Thomas Carcasses a trouvé une exploitation pour son installation grâce au RDI. - © TM

La résilience et la cellule REAGIR

Hervé DENORMANDIE, Président du CODASEA et Christophe FISCHER, Président de la Chambre d’agriculture de Haute-Marne ont accueilli les partenaires. Cette instance était reçue sur le territoire Haut-Marnais pour marquer une fois de plus le travail commun des Chambres d’agriculture de l’Aube et de la Haute-Marne pour l’accompagnement des entreprises agricoles dans ces deux départements. Les équipes ont présenté les sujets et outils existants pour comprendre et préparer les futures transmissions et installations.

Le terme résilience est aujourd’hui utilisé pour les entreprises agricoles car aujourd’hui le métier d’agriculteur doit réunir un ensemble de compétences. Il doit être en capacité de gérer son entreprise afin d’atteindre à minima une situation de stabilité, voire de croissance après une période de perturbation touchant la rentabilité et la situation financière de l’exploitation. Les Chambres d’agriculture travaillent ce sujet pour proposer aux agriculteurs d’avoir une vision globale intégrant la gestion technique, de l’exploitation et du risque.

Des outils pour faciliter la transmission

Pour affronter les perturbations, la cellule REAGIR connaît des évolutions. Les changements portent surtout sur la séparation du travail sur le côté humain (le diagnostic) et la définition d’un plan d’actions pour aider l’exploitation à trouver sa résilience. La cellule s’ouvre à d’autres partenaires (la DDT par exemple) afin d’apporter les meilleures réponses à ces problématiques. Le travail engagé avec l’association EGEE (séniors bénévoles) a été mis en avant pour sa complémentarité avec les compétences au sein de REAGIR.

Le repérage agricole territorial a deux finalités : orienter préférentiellement vers l’installation en tenant compte de la dynamique locale et sensibiliser/accompagner les plus de 55 ans. Un repérage a été réalisé sur la Communauté de Communes d’Auberive, Vingeanne, Montsaugeonnais. 48 chefs d’exploitation de 55 ans et plus ont été interrogés, sachant que les 3/4 des exploitants ont au moins un enfant déjà installé (ou souhaitant reprendre l’exploitation). Les principales attentes des exploitants aînés sont la continuité, la commercialisation, la rentabilité du métier, la cohérence des projets ou tout simplement trouver un repreneur.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 13 Avril 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2492 | avril 2018

Dernier numéro
N° 2492 | avril 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous