L'Avenir Agricole et Rural 26 janvier 2017 à 08h00 | Par Jean-Louis BLONDEL

Rambervillers un abattoir 100 % proximité et services

Le groupe de travail sur la reconstruction du pôle d’abattage-découpe de Chaumont s’est déplacé à Rambervillers le 18 janvier pour échanger avec les responsables vosgiens qui ont créé de toutes pièces un outil de proximité aujourd’hui performant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Mauchamp (2ème à gauche) dirige et développe l’outil, qui est au cœur de l’organisation des circuits courts, en proposant une prestation complète allant de la collecte des animaux à la livraison des produits élaborés.
Philippe Mauchamp (2ème à gauche) dirige et développe l’outil, qui est au cœur de l’organisation des circuits courts, en proposant une prestation complète allant de la collecte des animaux à la livraison des produits élaborés. - © JLB

Un démarrage difficile

 

L’abattoir de Rambervillers et l’aboutissement d’une volonté professionnelle qui s’est forgée à la demande des éleveurs souhaitant valoriser directement leur production. Au départ (en 2001) il s’agissait de mettre en place un outil de deuxième transformation, mais la nécessité de créer un ensemble cohérent abattoir découpe s’est vite imposée car les abattoirs industriels présents dans le secteur n’étaient pas en mesure de répondre aux attentes des intéressés.

Bravant le scepticisme, voire les réticences des décideurs dans les sphères nationales, les porteurs du projet, efficacement soutenus par la Chambre d’Agriculture des Vosges, ont réussi à convaincre les financeurs et les pouvoirs publics.

Malgré la perte de tonnage constatée entre les accords de principe des premières enquêtes et les engagements financiers définitifs, les fondateurs se sont lancés dans un investissement d’1,7 M Euros avec un objectif de 700 tonnes multi-espèces.

Au départ, le tonnage n’était pas au rendez-vous et l’association avec un grossiste local, qui s’est ensuite montré défaillant, aurait pu être fatale sans la reprise en main par la profession agricole.

Aujourd’hui, Rambervillers vogue sur des flots plus calmes en tenant un cap confiant. Les signaux financiers sont au vert et les objectifs dépassés.

En 2016, le tonnage a atteint 1 457 tonnes, soit 3 fois plus qu’à l’origine. Pour atteindre ce résultat, des extensions ont dû être réalisées récemment. «Nous avons encore une petite marge de manœuvre» confie Ghislain Durieux, le président d’Adéquat (Abattage Découpe Qualité Tradition), la coopérative qui porte l’outil. Il pense pouvoir traiter jusqu’à 1 800 tonnes.

Une gestion rigoureuse

Comme cela a été rappelé dernièrement dans une étude d’Interbev, et comme c’est le cas pour toute entreprise, la rentabilité dépend davantage de la rigueur de gestion que de la taille.

Philippe Mauchamp, le directeur, qui est aussi à mi-temps chargé de mission circuits courts à la Chambre d’Agriculture des Vosges, est aux manettes depuis le début du projet. Il veille à la rentabilité des investissements, au bon fonctionnement de la structure et à son développement. Mis à part quelques sous-produits, notamment les cuirs, l’abattoir ne «vend» que de la prestation de service pour un chiffre d’affaires de l’ordre de 1 million d’Euros.

Voir la suite de cet article dans notre édition du 27 janvier 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2471 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2471 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui