L'Avenir Agricole et Rural 20 septembre 2012 à 11h57 | Par L'Avenir Agricole et Rural

PRIX DU LAIT - Pourquoi les baisses de 5 et 15 EUROS

La coopérative SODIAAL a annoncé, dans un courrier du 31 août envoyé à ses adhérents, la baisse de 5 €/1000 litres sur le volume A et de 15 € sur le volume B. Cette décision a déclenché de nombreuses protestations. François MATRAT, administrateur de région, s’explique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FDPL N'ACCEPTE PAS CETTE BAISSE QUI S'AJOUTE AUX 20 Euros PERDUS EN MOYENNE SUR L'ANNÉE.
La FDPL N'ACCEPTE PAS CETTE BAISSE QUI S'AJOUTE AUX 20 Euros PERDUS EN MOYENNE SUR L'ANNÉE. - © JLB

François MATRAT précise à ce propos que le site de Peigney bénéficiera de travaux de modernisation pour aller chercher les quelques centimes nécessaires à une performance optimale. C’est un plan sans précédent pour la coopérative qui a multiplié par 3 son budget investissements. Il rappelle que le Conseil d’Administration de SODIAAL est avant tout composé d’éleveurs laitiers qui ont dû prendre une décision difficile, mais temporaire. En effet, la baisse de 5 € sur le quota A n’est prévue, pour le moment, que sur les mois de septembre-octobre. La décision n’est pas prise pour novembre et décembre et, en toute hypothèse, pour 2013 la coopérative  cherchera à faire des économies sur ses plans commerciaux (promotions, etc…) pour ne pas piocher dans une trésorerie qui doit rester en phase avec les investissements programmés.

15 structurels sur le quota B

Un différend ancien oppose SODIAAL au CNIEL sur la méthode de calcul du prix du lait destiné aux débouchés industriels (beurre, poudre). La coopérative estime que l’interprofession ne prend pas suffisamment en compte les coûts de transformation. Elle vient donc de franchir le Rubicon en annonçant, dans la foulée des 5 € sur le quota A, une baisse de 15 € sur le quota B qu’elle a décidé de mettre en place l’an dernier. Contrairement aux 5 €, qui sont conjoncturels (décalage offre-demande sur le lait de consommation), ces 15€ sont structurels, même si ces deux baisses ont pour finalité de renforcer la capacité de modernisation de la coopérative qui veut être présente sur tous les segments de marché. François MATRAT espère bien que les coopérateurs pourront rapidement retirer les dividendes de cette politique de modernisation et rappelle au passage que le quota B a permis, l’an dernier, une rémunération d’ 1 €/ 1000 l supérieure à celle du quota A. Or, le marché de la poudre est à nouveau très porteur.

SODIAAL viendra s’expliquer devant ses adhérents

Comme il s’y est engagé auprès de Richard BOURBON, qui l’a interpellé lors du blocage d’un camion sur l’exploitation du GAEC ST HUBERT, François MATRAT viendra s’expliquer sur la stratégie de la coopérative devant les responsables professionnels haut marnais dans les tout prochains jours, puis devant l’ensemble des coopérateurs. Il comprend ce besoin d’explications en rappelant que SODIAAL fait preuve de transparence avec la politique de double quotas qu’elle a mise en place. D’autres laiteries ont joué sur les parts de  flexibilité pour faire passer une baisse supplémentaire déguisée. Si les 5 € s’appliquent jusqu’à la fin de l’année cela représentera 1,60€ en moyenne annuelle. François MATRAT ne sous-estime pas cet effort demandé aux éleveurs dans un contexte de hausse importante de leurs charges de production, mais il espère pouvoir la faire mieux accepter en la plaçant en perspective d’une position de marché conquérante et porteuse d’avenir. Le Président de SODIAAL devrait venir en Haute Marne dans les prochaines semaines pour s’expliquer sur la stratégie de la coopérative.

 

François MATRAT précise à ce propos que le site de Peigney bénéficiera de travaux de modernisation pour aller chercher les quelques centimes nécessaires à une performance optimale. C’est un plan sans précédent pour la coopérative qui a multiplié par 3 son budget investissements. Il rappelle que le Conseil d’Administration de SODIAAL est avant tout composé d’éleveurs laitiers qui ont dû prendre une décision difficile, mais temporaire. En effet, la baisse de 5 € sur le quota A n’est prévue, pour le moment, que sur les mois de septembre-octobre. La décision n’est pas prise pour novembre et décembre et, en toute hypothèse, pour 2013 la coopérative  cherchera à faire des économies sur ses plans commerciaux (promotions, etc…) pour ne pas piocher dans une trésorerie qui doit rester en phase avec les investissements programmés.

15 structurels sur le quota B

Un différend ancien oppose SODIAAL au CNIEL sur la méthode de calcul du prix du lait destiné aux débouchés industriels (beurre, poudre). La coopérative estime que l’interprofession ne prend pas suffisamment en compte les coûts de transformation. Elle vient donc de franchir le Rubicon en annonçant, dans la foulée des 5 € sur le quota A, une baisse de 15 € sur le quota B qu’elle a décidé de mettre en place l’an dernier. Contrairement aux 5 €, qui sont conjoncturels (décalage offre-demande sur le lait de consommation), ces 15€ sont structurels, même si ces deux baisses ont pour finalité de renforcer la capacité de modernisation de la coopérative qui veut être présente sur tous les segments de marché. François MATRAT espère bien que les coopérateurs pourront rapidement retirer les dividendes de cette politique de modernisation et rappelle au passage que le quota B a permis, l’an dernier, une rémunération d’ 1 €/ 1000 l supérieure à celle du quota A. Or, le marché de la poudre est à nouveau très porteur.

SODIAAL viendra s’expliquer devant ses adhérents

Comme il s’y est engagé auprès de Richard BOURBON, qui l’a interpellé lors du blocage d’un camion sur l’exploitation du GAEC ST HUBERT, François MATRAT viendra s’expliquer sur la stratégie de la coopérative devant les responsables professionnels haut marnais dans les tout prochains jours, puis devant l’ensemble des coopérateurs. Il comprend ce besoin d’explications en rappelant que SODIAAL fait preuve de transparence avec la politique de double quotas qu’elle a mise en place. D’autres laiteries ont joué sur les parts de  flexibilité pour faire passer une baisse supplémentaire déguisée. Si les 5 € s’appliquent jusqu’à la fin de l’année cela représentera 1,60€ en moyenne annuelle. François MATRAT ne sous-estime pas cet effort demandé aux éleveurs dans un contexte de hausse importante de leurs charges de production, mais il espère pouvoir la faire mieux accepter en la plaçant en perspective d’une position de marché conquérante et porteuse d’avenir. Le Président de SODIAAL devrait venir en Haute Marne dans les prochaines semaines pour s’expliquer sur la stratégie de la coopérative.

 

DERNIÈRE MINUTE


SODIAAL a signé avec les
chinois

C’était dans les tuyaux depuis plusieurs mois, maintenant c’est signé : SODIAAL livrera, pendant 10 ans, 30 000 tonnes de lactosérum (280 Ml) à la Société Synutra (Chine) «Cela représente 1/3 de nos excédents actuels», précise François MATRAT qui voit aussi dans ce débouché un moyen d’absorber l’augmentation de volume que la coopérative devra transformer à la sortie des quotas laitiers. Ce contrat devrait apporter un «plus» par rapport au marché. L’usine sera opérationnelle début 2015. Elle comprendra  deux tours de séchage qui seront installées à CARHAIX dans le Finistère. L’investissement de 100 M€ sera porté par Synutra (90 M€) et Eurosérum (10 M€). Cette filiale de SODIAAL, leader mondial du lactosérum, prendra notamment en charge les équipements de déminéralisation du lactosérum pour une incorporation dans les laits infantiles.



La FDPL demande des explications

La FDPL qui tenait son conseil d’administration au lendemain de l’annonce de la décision  de SODIAAL a décidé d’organiser une action chez un adhérent historique de la coopérative en bloquant symboliquement un camion de celle-ci. Une vingtaine d’éleveurs s’est ainsi retrouvée au GAEC St Hubert dans la nuit du 11 au 12 septembre. Richard BOURBON justifie cette action par l’incompréhension et l’inquiétude des producteurs face à ce qu’ils considèrent être une dissidence interprofessionnelle. «A quoi sert l’interprofession si chacun fait ce qu’il veut après les recommandations ?» déplore le Président de la FDPL qui a obtenu un accord de principe pour rencontrer le Président de SODIAAL fin octobre début novembre. Richard BOURBON estime que cette baisse, décidée unilatéralement, est inopportune dans le contexte actuel. «Les éleveurs ont besoin de recevoir des messages positifs sinon ils abandonneront la production laitière, avec ou sans ACAL» déclare-t-il en restant aussi interrogatif sur l’argument développé par SODIAAL pour justifier la baisse de 15 € sur le quota B. Il ne comprend pas pourquoi SODIAAL impose cet effort alors que dans le même temps elle fait financer l’investissement en grande partie par une entreprise chinoise. Il y a effectivement un besoin d’explication…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui