L'Avenir Agricole et Rural 09 janvier 2014 à 08h00 | Par A.LEBLOND

Prix du lait - Janvier 2014, un bon démarrage

Le bilan 2013 est à peine établi, et nous aurons d’ailleurs l’occasion d’y revenir, que le prix de janvier défraie déjà la chronique ... tant par son niveau que par les écarts apparents entre laiteries.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Côté prix, 2014 s’annonce plutôt bien, mais une grande incertitude demeure quant au résultat des négociations avec la grande distribution.
Côté prix, 2014 s’annonce plutôt bien, mais une grande incertitude demeure quant au résultat des négociations avec la grande distribution. - © Reussir

Un prix par laiterie

Avec des indicateurs différents séparément mais globalement du même niveau l’évolution du prix de janvier va avoisiner les 80 Euros et amener à des prix frôlant les 400 euros, niveau jamais atteint !Dans le détail, 1/3 de cette augmentation découle des cours des Produits Industriels et des fromages allemands et les 2/3 des tunnels, soit de la différence de prix tant mensuel, qu’annuel avec l’Allemagne. Soulignons que les vestiges du mode de fixation du prix par l’interprofession, vestiges désormais appliqués entreprise par entreprise, prévoient que le premier de ces indicateurs, celui qui porte sur les cours, valle pour un trimestre.

Ainsi les cours pris en référence (Beurre-Poudre-Fromages Allemands) ont cru de 8 % entre le 4ème trimestre 2012 et le 4ème trimestre 2013. Ce pourcentage est désormais transformé en euros par chaque laiterie en l’appliquant à son prix moyen 2013, à 38-32 mais toutes qualités et primes comprises. Pour exemple Bongrain et Senagral sont arrivés au même prix 2013 de 342 Euros, ce qui donne une évolution en valeur absolue de 27,36 Euros/1 000 litres. Chez Lactalis ce chiffre est de 27,24 ce qui met a priori le prix moyen 2013 à 340,50. Autre élément variant entreprise par entreprise depuis avril 2013, le tunnel mensuel. En fait c’est l’élément de prix français désaisonnalisé qui est calculé différemment par chaque laiterie qui amène, par comparaison à un prix allemand identique pour tous, à un résultat de tunnel différent. Si les variations découlant d’un prix moyen de l’année précédente différent seront toujours limitées, celles provenant du mode de calcul du tunnel seront nettement plus conséquentes, s’élevant à plusieurs euros. Enfin 3ème élément qui lui sera peu variable d’une laiterie à l’autre, le tunnel annuel puisque portant par définition sur le prix moyen de 12 mois, il lisse les écarts mensuels évoqués précédemment.

Suite de cet article dans notre édition du 10 Janvier 2014.

Prix 2013 – Le cas Lactalis

Désormais, compte tenu que chaque entreprise a son propre mode de calcul du prix (quel progrès !), les prix mensuels ne sont que des indicateurs ponctuels, l’important devenant les prix moyens annuels, avec et sans flexibilité, puis avec et sans compléments et ristournes.

Ce sont les calculs que la FDPL s’attache à nouveau à faire, afin d’informer le plus précisément possible les responsables d’OP qui eux ont maintenant la responsabilité de la négociation.

S’agissant de 2013, première année du nouveau dispositif, les écarts, hors flexibilité, compléments et ristournes, sont sensibles, les extrêmes se situant à 5,5 Ä / 1 000 l l’un de l’autre.

Ermitage et Triballat en tête

Devant on trouve une coopérative et un privé, Ermitage et Triballat avec un prix moyen de 338 Ä, soit une augmentation de 26,5 Ä par rapport aux 311,49 de la grille interprofessionnelle 2012.

Soulignons qu’avec la méthode de calcul du tunnel mensuel proposée par la FNPL, les différents indicateurs économiques ont donné + 25.

A plus 25, soit un prix moyen de 336,50 on trouve d’ailleurs Senagral, puis un peu en dessous, à 335,80, soit + 24,3, Bongrain.

Enfin en queue de peloton, les 2 poids lourds de la filière, Sodiaal à 334,5 soit + 23 et Lactalis à 332,63 soit + 21,1 toujours par rapport à la grille Grand Est 2012 à 311,49, mais Lactalis n’avait pas tout à fait payé sur ses bases puisqu’il avait déduit 5 Ä sur le 4ème trimestre 2012 en copiant Sodiaal.

Ainsi son prix moyen 2012 a été de 310,26, soit inférieur d’environ 1,20 Ä /1 000 l à celui de ses concurrents (hors Sodiaal).

En 2013, après sa rencontre d’après manifestation avec ses OP (Unell) le 19 décembre dernier, rencontre au cours de laquelle il a concédé le retour sur décembre des 1,20 non versés en 2012, son prix moyen hors flexibilité s’établit à 332,63.

Soit par rapport à ce qu’aurait donné le contrat - 3,90 Euros, sachant que la flexibilité du 2èm semestre, elle aussi non versée, représente une incidence annuelle de 1,86 Euros, ce qui porte le total manquant à près de 5,80 Euros.

Chez Sodiaal on parle d’un ajustement du prix de base de 2 euros sur l’année, acceptons en l’augure car dans ce cas les + 25 sur l’année seraient également atteints.AL-FDPL



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2466 | octobre 2017

Dernier numéro
N° 2466 | octobre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui