L'Avenir Agricole et Rural 08 avril 2021 a 09h00 | Par Richard Cremonini

Première en France : un robot pour la betterave marnaise

Exploitant bio à Ludes au sud de Reims, Damien Blondel est le premier agriculteur en France à semer et biner des betteraves avec un robot autonome.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

À Ludes, Damien Blondel a décidé d’investir dans un robot autonome pour ses semis de betterave et leur binage. Le coût de main-d’œuvre pour désherber l’an dernier a emporté sa décision. Et il va gagner trois semaines de faux semis. Son FarmDroid FD20 devrait être amorti en trois ans, après un investissement d’environ 100 000 euros*. Il a découvert ce robot par des vidéos sur Internet, jamais en démo dynamique. Venu du Danemark, le FarmDroid a attaqué son premier chantier en France le vendredi 26 mars dans l’après-midi aux pieds des coteaux champenois et entre deux passages de TGV.

« Une fois que la deuxième pièce de 12,5 ha sera semée, le robot commencera à biner à l’aveugle, le but est d’attraper les mauvaises herbes les plus petites possibles ». Entre 10 et 15 binages sont prévus avant que les betteraves ne couvrent.
Interrogé le mercredi 31 mars Damien Blondel est serein. Tout s’est bien passé à part quelques graines bloquées qui ont demandé de courtes interventions.

« Le robot est conçu pour tourner 24 heures sur 24 »

Pouvez-vous nous présenter votre exploitation ?

Damien Blondel : C’est une exploitation de grandes cultures d’une surface de 220 ha en agriculture biologique. L’assolement est diversifié : betterave, luzerne, blés, grand épeautre, triticale, seigle, orge de printemps, escourgeons, lentilles, vesce, tournesol, pois.
La première parcelle convertie en bio date de 2009. Après cela a monté progressivement. Il y a eu un palier parce que j’ai de la betterave contractualisée et à l’époque on ne faisait pas de betterave bio, c’était un frein à la conversion.

La betterave bio se conduit comment ?

D.B : C’est encore un peu de l’expérimentation. Jusqu’à présent on faisait des faux semis avant de commencer. On décalait la date de semis de trois semaines par rapport à un conventionnel. Ensuite, semis, binage, désherbage sur le rang, et beaucoup de main-d’œuvre manuelle pour désherber. J’ai tout d’abord acheté une bineuse avec guidage optique par caméra mais cela n’a pas supprimé le désherbage manuel.
C’est pourquoi cette année j’ai investi dans un robot qui sème et qui bine : le FarmDroid FD20. Il est dans la cour depuis 15 jours et il va être mis en route aujourd’hui (N.D.L.R. le 26 mars) et c’est le premier en France. Ce robot a été fabriqué au Danemark...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2667 | août 2021

Dernier numéro
N° 2667 | août 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous