L'Avenir Agricole et Rural 03 septembre 2020 à 10h00 | Par S. MAILLANT et M. DELAUNE, C. Barbot

Pour des sols efficaces, dotés d'une fertilité biologique durable

Réaliser un diagnostic de l'activité biologique de son sol permet de mesurer la biomasse des micro-organismes et d'évaluer la capacité du sol à stocker le carbone.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En complément d'une observation de sol, les conseillers peuvent proposer des mesures d'indicateurs biologiques : vers de terre, nématodes, micro-organismes, activités enzymatiques, potentiel de minéralisation... Comment choisir ? Le choix sera fait en fonction du coût, du temps disponible, de la problématique...
En complément d'une observation de sol, les conseillers peuvent proposer des mesures d'indicateurs biologiques : vers de terre, nématodes, micro-organismes, activités enzymatiques, potentiel de minéralisation... Comment choisir ? Le choix sera fait en fonction du coût, du temps disponible, de la problématique... - © CRAGE

On entend par «sol» le volume de terre entre la surface et le matériau géologique non altéré, volume qui est prospecté par les racines. Ce volume varie dans l'espace en fonction de la géologie, de la topographie, du climat et de l'historique d'occupation. Pour savoir si l'activité biologique d'un sol est bonne ou pas, il est préférable de comparer des sols similaires entre eux. Pour cela, les Chambres d'agriculture constituent des référentiels locaux sur quelques indicateurs de fertilité biologique.

Les observations du sol en prairie comme en cultures peuvent expliquer, par exemple, des difficultés de pousse ou la présence de certaines plantes indésirables.

On peut mettre en évidence des contraintes à la circulation verticale de l'eau, de l'air et à l'accessibilité des nutriments dans le sol, liées à des tassements actuels ou anciens, des engorgements naturels ou non, mais aussi des déficits d'activité biologique, des enracinements trop faibles...

Des analyses au laboratoire

La granulométrie des fractions minérales est bien connue : mesure de la dimension des particules et de leur répartition en différentes classes : pourcentage argiles, limons, sables (fines, moyennes et grosses particules). Le fractionnement granulométrique des matières organiques (MO) permet de faire la même distinction sur les chaînes carbonées du sol, source d'énergie des microbes. Ce fractionnement, couplé à une mesure de la biomasse microbienne permet de faire un diagnostic sur l'activité microbiologique.

L'ensemble des analyses de ce type réalisées dans le Grand Est a été rassemblé pour dresser un état des lieux régional. Les échantillons n'étant pas représentatifs de toutes les situations des parcelles agricoles du Grand Est (types de sol, systèmes de cultures, ...), les résultats ne sont qu'un aperçu de la situation et pas encore des valeurs de référence.

Fractionnement de la matière organique

Le fractionnement de la MO permet de savoir si l'équilibre entre MO stable (lente, liée, ...), et la MO dynamique (rapide, libre...) est bon.  La MO « stable » est associée à la phase minérale, elle participe à la stabilité de la structure du sol et à sa fertilité sur le long terme. Son renouvellement dure plusieurs dizaines d'années voire plus ; pour cela, on l'appelle aussi MO « lente » et elle contribue au stockage de carbone. La MO « libre » n'est pas associée à la phase minérale. Elle est la source de nourriture et donc d'énergie des organismes du sol. Elle se renouvelle plus vite que la MO liée ; on l'appelle aussi MO « rapide ».

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 04 Septembre 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2628 | novembre 2020

Dernier numéro
N° 2628 | novembre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous