L'Avenir Agricole et Rural 07 février 2019 à 09h00 | Par L. Sagot

Pâturage tournant ou cellulaire : même vigilance face au parasitisme interne

Le mode de pâturage qui se caractérise par un temps de séjour par parcelle de seulement un ou deux jours n’est pas un gage à lui seul du contrôle du parasitisme interne des brebis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plusieurs centaines d’analyses coproscopiques ont été réalisées pour cette étude.
Plusieurs centaines d’analyses coproscopiques ont été réalisées pour cette étude. - © Ciirpo

Telle est la conclusion des suivis réalisés au CIIRPO (Centre inter régional d’Information et de Recherche en Production Ovine) sur le site du Mourier en Haute-Vienne. Les mesures réalisées depuis septembre 2016 montrent très clairement qu’on ne peut pas s’affranchir de traitements antiparasitaires avec un pâturage cellulaire. Aucune différence notable n’a été mesurée entre les deux modes de pâturage comparés, tournant et cellulaire, que ce soient pour les strongles, la petite douve ou les paramphistomes, explique Philippe Jacquiet, enseignant chercheur à l’école vétérinaire de Toulouse.

Rester vigilant


La proportion de brebis qualifiées de fortes excrétrices (plus de 500 œufs de strongles gastro intestinaux par gramme de crottes) est même plus importante en pâturage cellulaire qu’en pâturage tournant (30,9 % contre 18,6 %).
Toutefois, la seconde campagne d’étude a mis en évidence une nature différente des espèces de strongles identifiées après coproculture. «Haemonchus contortus, le strongle le plus redoutable car à l’origine de mortalités, a été moins présent chez les brebis en pâturage cellulaire au profit d’espèces moins pathogènes. Ce résultat mérite d’être confirmé dans des contextes différents». Pour en savoir plus : «Pâturage cellulaire et parasitisme en production ovine : bilan de deux campagnes de suivi» sur www.inn-ovin.fr.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2536 | février 2019

Dernier numéro
N° 2536 | février 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui