L'Avenir Agricole et Rural 04 août 2011 à 14h25 | Par ESTELLE DAUPHIN

PATRIMOINE - L'EFFET PAPILLONS

Le label triennal « Village d'accueil » a été renouvelé pour dix huit communes, avec une particularité cette année ; le symbole utilisé est le papillon. Le village de Vicq, entre Montigny et Bourbonne-les-Bains, termine premier, pour la deuxième fois consécutive et remporte le premier prix offert par la Chambre d'Agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pierre, un Messin qui a investi à Vicq
Pierre, un Messin qui a investi à Vicq - © ESTELLE DAUPHIN

Ce concours, organisé par Habitat & Développement, a lieu depuis 1980. Le label est renouvelé tous les trois ans.

Un concours sélect

Un jury est mandaté en début d'année afin d'évaluer la situation au regard des nombreux critères de sélection. Il est composé d'un représentant du Conseil Général, d'habitat&Développement, des chambres consulaires, de l'association des Maires, des offices de tourisme et du CAUE. Les communes candidates doivent mettre en avant leur dynamisme associatif, leurs capacités d'accueil touristique, la cohérence de l'agencement entre cœur de village et lotissements périphériques, la valorisation de leurs bâtiments publics et l'entretien des espaces verts.

En 2011, le département compte 46 communes ou villages bénéficiant du label « village d'accueil », majoritairement dans le sud, comme ont pu le constater les membres du jury. Seules les communes de Mathon et Laneuville à Rémy ont candidaté dans le nord du département.

Dès sa labellisation « Village d'accueil » obtenue en 2008, le petit village de Vicq s'est classé premier au classement général du concours. En 2011, il récidive la prouesse à l'occasion du renouvellement de son label. Habitué aux distinctions en tout genre, le village compte un lavoir classé et il est pourvu de trois fleurs au concours « village fleuri ». Recette d'un succès...

 

Vicq, un village
où il fait bon vivre

Jacky Horiot, limonadier à Langres, est revenu prendre sa retraite dans son village natal auquel il se consacre en tant que maire depuis 2000, à l'exclusion de toute autre responsabilité. Le jeune retraité a naturellement conservé une approche entrepreneuriale dans la gestion de la commune. Il a ainsi impulsé une dynamique de qualité d'accueil, introduit de la polyvalence dans les fonctions des agents communaux, et surtout il implique les concitoyens dans des projets fédérateurs.

Offrir une qualité d'accueil

Dès son arrivée, M. Horiot a travaillé la qualité environnementale et paysagère du village, celui-ci étant dépourvu d'entreprises, d'écoles et de commerces. Le site ne manque pourtant pas d'attrait ; traversé par les bras de la petite Amance, doté d'un patrimoine bâti en bon état, il compte un lavoir qui a fait la couverture de l'ouvrage sur les lavoirs de Haute-Marne*, une église du XVIIIe siècle ainsi qu'une chapelle édifiée en 1 854. Les porches voûtés des granges adossées à des bâtisses de caractère rappellent la proximité avec la Lorraine.
Ces demeures traditionnelles ont attiré de nombreux investisseurs, étrangers et citadins, qui apprécient de venir passer leurs week-ends et leurs vacances au vert. La commune, qui compte 180 habitants permanents, dont une quarantaine d'actifs qui partent travailler dans les environs et une quinzaine d'enfants, accueille en outre une soixantaine de résidents « à temps partiel ». Une dizaine de maisons ont ainsi été rénovées entre 2006 et 2010, contribuant à redonner vie au village.
L'arrivée de cette vague de néo-ruraux s'est accompagnée d'un effort particulier d'intégration, de la part de l'équipe municipale et des associations, auxquelles les nouveaux habitants participent volontiers, à l'instar de Pierre, 56 ans, installé au village depuis quatre ans. Ce passionné de fleurs qui se sent à l'étroit dans son appartement de Metz, emprunte volontiers l'autoroute jusqu'à Montigny-le-Roi pour retrouver le calme de la campagne, été comme hiver. Un choix d'investissement qu'il a réalisé sur le conseil d'un ami établi à Saulxure. Après avoir visité plusieurs villages aux alentours, Pierre et son épouse ont eu un coup de cœur pour la forge du village, qu'ils restaurent avec assiduité.
Quant aux touristes de passage, ils sont accueillis dans un établissement labellisé quatre épis par Gîte de France. Une halte pour camping-caristes a également vu le jour.

Des emplois sauvegardés grâce à la polyvalence

Maintenir une amplitude horaire pour les services administratifs était une nécessité aux yeux de la municipalité. Cette volonté, à l'origine de la création de l'Agence postale, permet d'ouvrir une permanence deux jours complets par semaine ; le mercredi et le vendredi. La secrétaire de Mairie assure donc le service postal en même temps que les formalités administratives. Dans la continuité de son bureau, la médiathèque, tenue par des bénévoles, constitue un carrefour de vie incontournable au cœur du village.
De même, la commune qui travaille sur de nombreux projets d'aménagement paysager avec les architectes du CAUE, compte un employé communal ainsi qu'un jeune en contrat aidé. Au fil des années, l'employé communal, ancien maçon, a restauré de façon remarquable les voûtes de l'église, refait des murets et les façades des bâtiments publics. Des travaux estimés à plusieurs milliers d'euros s’ils avaient été réalisés par des entreprises extérieures. L'employé communal est également bûcheron quelques jours par an afin de fournir aux associations la vingtaine de stères dont elles ont besoin pour chauffer le local mis à disposition par la mairie.

Hubert Remongin a mis en valeur la charrue de son enfance
Hubert Remongin a mis en valeur la charrue de son enfance - © ESTELLE DAUPHIN

Des associations qui
contribuent à l'aménagement du village

« Seul on ne fait rien » martèle le maire du village. Et pour cause, les associations par le dynamisme de leurs activités, attirent de nombreux participants des alentours : vide-greniers, concours de pétanques, lotos, jeux de quilles, randonnées pédestres... Les bénéfices réalisés permettent de financer des activités comme la gym volontaire ou les ateliers de loisirs créatifs ainsi que de participer aux travaux d'aménagement de la commune. C'est ainsi que l'association Détente et Loisirs Sportifs a contribué au financement d'un terrain de quilles et compte participer au projet d'aménagement d'un espace loisir qui enjambera élégamment la Petite Amance pour le bonheur des joueurs de pétanque.
De même, l'association de la Chapelle Sainte Germaine, créée en 2001, organise un repas champêtre à l'issue de la traditionnelle célébration religieuse, devant la dite chapelle, située sur la colline du Frillouse, surplombant le village.
Les bénéfices de l'association ont permis d'empierrer le chemin d'accès qui mène à l'édifice religieux. Un chemin d'accès pédestre reliant la Chapelle au village est en cours de balisage. Il figurera bientôt dans le guide édité par le Conseil Général. La Chapelle Sainte Germaine datant de 1854, a été construite suite à une épidémie de choléra qui épargna partiellement le village de Vicq.
La commune, loin de se reposer sur ses lauriers, fourmille de projet ; accueillir de nouveaux habitants sur les six emplacements du terrain à bâtir, réaliser un espace détente et loisir, aménager les berges de la Petite Amance avec des roseaux filtrants pour épurer les eaux grises sont quelques-unes de ses priorités. Le maire, quant à lui, ne manque pas d'ambition pour sa municipalité : figurer au palmarès des plus beaux villages de France serait une consécration. En manager avisé, il garde néanmoins à l'esprit que sa plus belle victoire est d'entretenir la cohésion entre ses concitoyens et qu'à ce jeu il faut cent fois sur le métier remettre l'ouvrage...

Le lavoir classé, d’où une source jaillit
Le lavoir classé, d’où une source jaillit - © ESTELLE DAUPHIN

Sortir ce week-end :

Célébration religieuse à la Chapelle Sainte Germaine ce dimanche 7 août sur la colline de Frillouse, suivi d'un repas champêtre dont les bénéfices servent à restaurer l'édifice. Renseignements auprès de  Jean-Michel Remongin, président de  l'association de la chapelle, au 06 80 42 37 47.

CHAPELLE STE GERMAINE
CHAPELLE STE GERMAINE - © ESTELLE DAUPHIN

Classement : Villages d’accueil 2011

Trois papillons :
Vicq,
Arc en Barrois,

Deux papillons :
Longeau,
Vouécourt,
Illoud, Rouvres/Aube,
Rouvroy s/Marne,
Faverolles,
Aujeurres,
Dommarien,
Corgirnon,
Bay s/Aube,

Un papillon :
Poinson les Fayl,
Aprey,
Laneuville à Remy,
Serqueux,
Villars Santenoge,
Goncourt,

Prix d'encouragement :
Courcelles
Val d'Esnoms,
Mathons


*Un papillon, note de 14 à 15,5 ;
*Deux papillons, note de 15,6 à 16,9 T
*Trois papillons, note de 17 à 17,9

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui