L'Avenir Agricole et Rural 08 septembre 2016 à 08h00 | Par JLB - ™

Pas de passage en force !

Après avoir redélimité la zone d’étude de cœur du parc national des forêts Champagne Bourgogne, le temps est venu de rédiger la charte. Pour s’imprégner de l’ambiance de terrain, des représentants du Ministère de l’Environnement et de l’Agriculture ont visité 3 sites près d’Auberive, dont la ferme d’Amorey.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Préfet coordonnateur, Françoise Souliman veut convaincre, sans imposer aux récalcitrants d’intégrer le cœur de parc.
Le Préfet coordonnateur, Françoise Souliman veut convaincre, sans imposer aux récalcitrants d’intégrer le cœur de parc. - © JLB

Problème de confiance

Le Comité de Pilotage, accompagné de la DDT, de Madame le Préfet Françoise Souliman, des représentants de la profession agricole, de Charles Guené, Président de la Communauté de Communes d’Auberive, ont visité 2 bois et le Gaec d’Amorey le 1er septembre. Les associés, Laurent et Olivier Thierry, se trouvent dans la zone de cœur du parc. Ils ont eu des échanges assez francs avec la délégation. Ils ont fait part de leurs inquiétudes, notamment sur l’avenir des propriétés qui sont en cœur de parc, par crainte de subir une réglementation lourde. Précisons que les instances décisionnelles ont tout fait pour retirer leur propre propriété de la zone de cœur. Ils en concluent que «le parc c’est bien chez les autres».

Après quelques péripéties, le Comité de Pilotage est revenu sur le projet initial de 2013 qui faisait la quasi-unanimité. La non-représentation des agriculteurs au sein du GIP (Groupement d’Intérêt Public) a aussi été mise en évidence. De ce fait, un problème de confiance subsiste, accentué par le fait que l’Etat a imposé sa vision du parc depuis Paris. Sébastien Riottot a expliqué cette crainte : la réglementation environnementale est déjà suffisamment lourde pour les agriculteurs et dans certains parcs elle est à l’origine de nombreux textes répressifs.


Quel développement économique ?

La profession agricole ne fait pas confiance aux Pouvoirs Publics, à raison : les MAEC ne sont toujours pas instruites. Rappelons aussi qu’il a fallu en passer par la mobilisation pour redélimiter la zone de cœur. Ainsi, les terres agricoles sont passées de 12 000 à 2 500 ha (1831 ha en Haute-Marne et 674 en Côte d’Or) et la zone contient à présent 95 % de forêts, contre 68 % dans la version précédente. Une délimitation plus juste puisque le thème du parc est la forêt feuillue de plaine.

Charles Guené est favorable à la création du parc, mais il comprend les problèmes de confiance qui subsistent, d’autant plus que le parc ne possède pas de perspectives économiques crédibles. Quel développement économique est possible avec de la forêt feuillue ? «Le projet de ce type de parc ne fait pas grimper aux arbres» confie-t-il en comprenant que les agriculteurs se méfient et ne sont pas prêts d’acheter «un lapin dans un sac»

 

Longue gestation d’un schéma imparfait aux yeux des agriculteurs et des forestiers.
Longue gestation d’un schéma imparfait aux yeux des agriculteurs et des forestiers. - © T.M.

Consensus entre la FDC... et l’Administration !

Madame le Préfet et Thomas Corvasce, Président de la Fédération des Chasseurs de Haute-Marne ont signé le nouveau schéma départemental de gestion cynégétique de Haute-Marne le 5 septembre, il sera valable pendant 6 ans.

Des réunions avec les agriculteurs et les forestiers ont eu lieu en amont, mais la FDC a rédigé seule l’écriture de ce schéma, sans tenir compte des remarques des autres acteurs. Françoise Souliman a expliqué que la chasse constitue un enjeu important pour notre département, elle admet que le schéma n’est pas parfait, mais qu’il constitue une avancée. En effet, ce document devait être élaboré en 2013, mais en l’absence de consensus, l’écriture a pris du retard (avec l’Administration).

La FDC admet une densité d’1 cerf/100 ha dans les zones sensibles (Der, Fayl-Billot et Bourbonne-les-Bains) et 4,5 cerfs/100 ha dans les zones historiques.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2466 | octobre 2017

Dernier numéro
N° 2466 | octobre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui