L'Avenir Agricole et Rural 02 juillet 2020 à 09h00 | Par E. GADAUT SR 88

Partir en congés l’esprit libre, c’est loisible

En 2019, plus de 42.000 heures ont été réalisées par les agents de remplacement du Grand-Est pour le motif congé. Recourir aux Services de remplacement reste la solution idéale pour organiser ses vacances et partir en toute confiance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’agricultrice prend soin de donner toutes les consignes à l’agent de remplacement.
L’agricultrice prend soin de donner toutes les consignes à l’agent de remplacement. - © SR 88

Pendant la période estivale, beaucoup d’agriculteurs veulent se changer les idées et partir en vacances avec leur famille, mais pour la plupart, s’absenter une semaine peut devenir un véritable casse-tête.
En effet, il est impensable, par exemple pour les éleveurs, de laisser leurs animaux seuls durant tout ce temps, la seule possibilité est de se faire remplacer.

Plusieurs solutions sont possibles

Trouver un voisin agriculteur qui accepte de s’occuper des deux troupeaux mais vu les tailles importantes des exploitations actuelles, cela semble compliqué.

Et s’il n’est pas déclaré c’est la responsabilité de l’exploitant qui sera engagée en cas de problème sur l’exploitation. En aucun cas il ne pourra se retourner contre le salarié. Par ailleurs, il faut savoir qu’en cas d’accident du salarié, aucune assurance ne couvrira les dédommagements auxquels ce dernier aura droit (cela peut être considérable en cas d’invalidité partielle ou totale).

Un véritable parcours du combattant

La solution la plus adaptée est sans nul doute celle de faire appel aux Services de Remplacement de son département. Le groupement se chargera de trouver la personne correspondant au mieux aux besoins de l’agriculteur mais également de rédiger le contrat de travail, de gérer les déclarations administratives et d’établir la fiche de paie de l’agent.

Crédit d’impôt congés

Dans un Gaec sur lequel travaillent quatre agriculteurs, chaque associé peut bénéficier jusqu’à 14 jours de remplacement, financés par le crédit d’impôt. Il s’agit de la transparence fiscale.

Attention, le plafond du crédit d’impôt dont bénéficie un associé de Gaec ne peut toutefois pas excéder le plafond du crédit d’impôt bénéficiant à un exploitant individuel.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2622 | octobre 2020

Dernier numéro
N° 2622 | octobre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui