L'Avenir Agricole et Rural 04 juin 2015 à 08h00 | Par T.M.

Parc, rien n’est clos

Les avis favorables des instances consultatives nationales sont dans la logique de la procédure et ne préjugent en rien de l’évolution de ce projet de territoire qui doit trouver l’adhésion de ses acteurs locaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Une première phase

Le diagnostic, et les périmètres qui en découlent, font l’objet d’un rapport de prise en considération préalable. Le Premier Ministre doit, en principe, prendre un arrêté au titre de cette première phase dans le courant du mois de juillet 2015.

Depuis le lancement du projet en 2009, les instances de gouvernance du Parc travaillent sur les éléments de la richesse patrimoniale afin de présenter un dossier cohérent de manière à définir un périmètre de prise en considération qui constitue l’enveloppe d’étude du cœur. Les événements nous ont démontré que cette délimitation était aussi très fortement politisée... En effet, une première ébauche a été rejetée en 2011 au motif qu’elle n’était pas suffisamment ambitieuse et le conseil d’administration du GIP n’a pas eu son mot à dire sur les périmètres qui lui ont été soumis en février 2014. On a ensuite retiré les villages pour ne pas trop contrarier les élus et la population locale et tout récemment le Préfet a proposé d’exclure certaines terres agricoles dans un rayon d’un kilomètre. Les considérations écologiques et environnementales sont malheureusement bien approximatives ! Mais il ne s’agit que d’un périmètre d’étude et la profession agricole entend bien faire valoir ses arguments qui pourraient aussi être ceux des forestiers et de tous les propriétaires concernés par la future zone de cœur.

L’administration en accord avec elle-même

L’arrêté ministériel est précédé par des avis d’instances nationales : le Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN) et le Comité Interministériel des Parcs Naturels (CIPN). Ces deux structures ont donné des avis favorables au document déjà validé par le GIP mais cela est sans surprise car elles sont composées de fonctionnaires en quasi-totalité. On ne retrouve qu’un représentant des agriculteurs parmi 40 membres au CNPN. Pascal FERREY, représentant l’APCA, s’est évidemment fait le porte-parole des inquiétudes du monde agricole, mais on n’imagine pas l’Administration nationale contredire ce qu’elle a imposé de faire au niveau local ! Quant au CIPN, il est constitué exclusivement de hauts fonctionnaires de diverses administrations centrales.

Désignation d’un médiateur

Le mécontentement local a été néanmoins perçu au niveau national et le Préfet coordonateur, pris entre le marteau et l’enclume, a obtenu le principe d’une médiation par un médiateur national, Monsieur Jean Claude ROBERT, dont la désignation devrait prochainement être officialisée. La profession agricole a accepté cette démarche sous réserve qu’entre-temps le gouvernement ne prenne pas de décision engageante. Autrement dit, si le décret de prise en considération est pris avant la mission et les conclusions du médiateur, la profession agricole considérera qu’elle s’est fait circonvenir. Que la zone d’étude de cœur soit d’un seul tenant, c’est compréhensible car la réglementation le prévoit ainsi. En revanche, il est tout à fait possible d’anticiper, dans le rapport de prise en considération, la mise en place d’une zone multicœurs qui est le seul moyen de réduire sensiblement la surface de la zone réglementée pour revenir à l’aire initialement prévue de l’ordre de 20 000 hectares ; ce qui est déjà énorme !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2457 | août 2017

Dernier numéro
N° 2457 | août 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui