L'Avenir Agricole et Rural 14 novembre 2014 à 08h00 | Par Jean-Louis BLONDEL

Parc national

Cédric Jappiot et Thierry Lahaye ont présenté à la presse la position de leur syndicat dans le cadre de la consultation institutionnelle en cours. Ils confirment leur opposition au périmètre de Cœur incluant des terres agricoles. Ils estiment que les Pouvoirs Publics ont changé d’avis en proposant un territoire élargi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Lahaye et Cédric Jappiot ne veulent pas que l’agriculture en prenne à perpétuité sans motif sérieux.
Thierry Lahaye et Cédric Jappiot ne veulent pas que l’agriculture en prenne à perpétuité sans motif sérieux. - © E.D.

C’est Paris qui décide

Les responsables syndicaux ont fait un rappel historique pour expliquer l’évolution du dossier et le conflit actuel.

Le calendrier initial prévoyait un arrêté de prise en considération signé par le Premier Ministre au printemps 2012. Un rapport a été rédigé à cet effet au cours de l’été 2011 et avait recueilli 94 % d’avis favorables lors de la consultation locale, fin 2011. Le projet n’a pas été validé par le CNPN (Conseil National de Protection de la Nature).

Motif : l’avis négatif de deux experts du CNPN, MM Bernard BELAY et Serge URBANO, qui ont jugé que le projet n’était pas assez ambitieux en terme de surface…. A l’époque, le projet portait essentiellement sur les forêts domaniales avec possibilité de faire quelques extensions.

Le 20 décembre 2012, le GIP s’est mis au diapason des réticences de ces deux «experts» et a attendu la feuille de route du ministère du 6 février 2013. Ce document a donné des consignes précises sur la réserve (3 000 ha) et «le» cœur qui doit être «d’un seul tenant non restreint et non morcelé».

A noter que cette feuille de route avait fait l’objet d’échanges préalables entre le Ministère de l’Ecologie, le Préfet coordonnateur et le Président du GIP.

Le 18 février 2014 le Conseil d’Administration du GIP prend connaissance de 4 hypothèses de travail sur le cœur : 91 000 ha, 76 652 ha, 56 000 ha et 51 000 ha. On est alors loin des 20 000 ha initiaux !

Les administrateurs sont aussi informés le même jour que l’hypothèse «1» est retenue …

Lors du Conseil d’Administration du 26 juin 2014 (1ère manifestation agricole à St Germain le Rocheux),  le président du GIP annonce une réduction du cœur : de 91 000 ha à 83 000 ha.

Puis à l’occasion du Conseil d’Administration du 4 septembre 2014, (2ème manifestation à Chalmessin) une seconde et dernière réduction du périmètre de 83 000 ha à 76000 ha sont annoncés (quelques administrateurs votent contre).

L’Assemblée Générale du GIP le 30 septembre 2014, à Montigny sur Aube, (3ème manifestation agricole) valide 76 620 ha avec 74 voix contre et 54 abstentions. En excluant l’Etat qui représente 30 % des voix, on peut considérer que le projet ne requiert plus que 64 % d’avis locaux favorables.

Le problème, c’est le Cœur

Le Parc comprend trois zones :

la réserve intégrale, le ou les cœurs et l’aire optimale d’adhésion (cf carte).

Les agriculteurs sont plus particulièrement préoccupés par le Cœur car c’est un espace à contrainte réglementaire très engageante. Les constructions et installations y seront très contrôlées, voire interdites.

La police de l’eau, la circulation et la gestion seront en grande partie déléguée au directeur du Parc, enfin les pratiques culturales pourront être encadrées.

Actuellement, l’administration tient des propos rassurants mais la réglementation peut évoluer au fil des années.

Or, en cas de modification des règles, il ne sera pas possible de se rétracter contrairement à ce qui pourra se passer en aire d’adhésion.

Voir la suite de cet aritcle dans notre édition du 14 Novembre 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2457 | août 2017

Dernier numéro
N° 2457 | août 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui