L'Avenir Agricole et Rural 27 juillet 2017 à 08h00 | Par Katia Risson (Terrena) et Vincent Bellet (Institut de l’Elevage)

Palper les mamelles au cours du tarissement pour éviter les mammites

Le contrôle des mammites durant la lactation, par observation et palpation, devient indispensable au cours du tarissement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La prévention des mammites passe aussi par une bonne litière au cours de la lactation.
La prévention des mammites passe aussi par une bonne litière au cours de la lactation. - © Institut de l'Elevage

Une mamelle bien tarie présente deux pis équilibrés, sans pathologie cutanée (boutons, ecthyma, blessures) et souples à la palpation (absence de nodule, d’induration locale ou généralisée). Les découvertes lors de cette palpation peuvent être de trois ordres. Il peut s’agir de lésions locales qui peuvent demander des soins locaux. Mais il peut aussi s’agir de mammites cliniques : le pis est chaud, gonflé, douloureux avec modification de l’aspect du lait et l’état général de la brebis peut également être atteint. Ces mammites sont le plus souvent dues à des staphylocoques (coagulase négative ou aureus).

Des mammites cliniques ou sub cliniques

Lorsque de nombreuses brebis sont atteintes ou lors de récidives, des prélèvements de lait peuvent être envoyés au laboratoire pour analyse bactériologique et/ou antibiogramme*. Le traitement en brebis allaitantes consiste généralement en l’administration d’un antibiotique par voie générale en association avec un anti-inflammatoire. Enfin, il peut s’agir de mammites sub-cliniques. Il n’y a alors pas de signes locaux ni généraux mais une présence d’induration dans le pis. Elles peuvent également être traitées par antibiotique mais doivent généralement conduire à la réforme de la brebis.

La prévention sanitaire des mammites, en plus de l’évolution de la ration des brebis et des palpations régulières des mamelles, passe par le maintien de l’hygiène de la litière durant la lactation et durant la période de tarissement (jusqu’à fermeture complète du sphincter des trayons).

* des résistances bactériennes sont répertoriées vis-à-vis de certaines familles d’antibiotiques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2466 | octobre 2017

Dernier numéro
N° 2466 | octobre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui