L'Avenir Agricole et Rural 28 avril 2016 à 08h00 | Par T.Morillon

Objectif protéines pour nos blés meuniers

Face à la baisse générale du taux de protéines en blé, EMC2 se mobilise et met en place une campagne de sensibilisation pour remédier à ce problème : conseils, suivis, techniciens sur le terrain, essais de variétés et communication à ses adhérents.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La qualité protéine du blé : un vrai enjeu.
La qualité protéine du blé : un vrai enjeu. - © P. Cronenberger

Une baisse nationale

Les agriculteurs doivent faire face à une problématique qui ne cesse de progresser : la baisse de qualité des blés meuniers.

Depuis plusieurs années, et particulièrement pour la récolte 2015, le taux de protéines est en baisse. Cette faible teneur apparaît au niveau national et diminue inlassablement. Ce phénomène fait perdre des marchés et rend la vente de blé meunier plus difficile. En conséquence, l’interprofession française a mis en place un plan protéines pour remédier à ce problème qui comprend 3 axes.

- La recherche génétique, des variétés plus efficientes en taux de protéines sont en développement. La difficulté principale étant de trouver le bon équilibre entre un taux satisfaisant et des rendements corrects.

- Un développement technique de la fertilisation azotée, tout un travail est effectué pour trouver la bonne dose à la meilleure date, sous la forme la plus efficace, tout en respectant la réglementation.

-Une obligation pour tous les collecteurs d’afficher un barème protéines, avec l’objectif d’atteindre un taux de 11,5.


 

Traçabilité des adhérents

Cette perte de taux de protéines entraîne des difficultés pour la vente de blé meunier et ferme la porte à certains marchés, plus exigeants sur la qualité. Cette tendance nationale touche aussi notre territoire, EMC2 est concerné par cette problématique et se mobilise à travers plusieurs actions. La coopérative effectue une multitude d’essais, ce qui permet d’avoir une expérience quant aux différentes formes d’azote à utiliser par exemple (azote 39, azote souffré, ammonitrate…). Tous ces essais permettent des conseils adaptés.

Les adhérents engagés dans le système de traçabilité EMC2 permettent de valoriser de nombreuses données de leur itinéraire cultural. Ce suivi est renforcé par la présence des techniciens sur le terrain. De plus, toutes les informations relevées par la coopérative sont mises en commun, tout en prenant en compte les problématiques : zone vulnérable, apport d’azote, pluviométrie..

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 29 Avril 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2471 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2471 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui