L'Avenir Agricole et Rural 02 avril 2008 à 00h00 | Par F.Thevenin

NUTRITION ANIMALE - UNE MEILLEURE FERTILITÉ GRACE A L'ALIMENTATION

Moulin Jacquot a organisé une réunion d’éleveurs à Poinson-les-Fayl. Elle avait pour thème la fertilité des Prim’holsteins grâce à une présentation de Yvon Raoul pour Xeris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La fertilité des Prim’holsteins a baissé de 10 points en 10 ans soit – 1 % par an. La sélection basée sur la production laitière explique les – 0,3 % par an. Par contre, les – 0,7 % sont uniquement dus à l’alimentation.
En règle générale, les deux premiers mois de lactation, la vache perd trop de poids. Lorsqu’elle perd 45 kg de poids vif, il ne reste plus que 17 % de chance pour que la première IA soit fécondante. Lorsqu’elle perd 25 kg, le pourcentage de chance est de 65 % !
En début de lactation, une vache ne doit pas perdre plus de 25 kg de poids vif soit plus de 4 cm de tour thoracique en 60 jours. Une perte de 45 kg correspond à un déficit énergétique d’environ 2,5 UFL/jour pendant les 60 premiers jours de lactation.
En d’autres termes, en élevage, au moment de l’insémination, la vache idéale doit présenter une note 3. Les notes 2 et 1 sont à proscrire.
Mais alors, pourquoi la vache laitière qui perd trop de poids présente des problèmes de fertilité ? Tout simplement parce que les vaches maigres n’ovulent pas avant 100 jours de lactation d’autant plus que chez une forte productrice, la durée de chaleur est plus courte.

Réduire la perte de poids

Pour réduire la perte de poids, il faut que la vache ait de l’appétit au vêlage. Il faut :
 
- un tarissement court, de 45 jours pour les multipares et de 60 jours pour les primipares
- conserver 5 kg de matière sèche de maïs
- 13 % de protéine brute
- un rapport Calcium/Phosphore égal à 1 ou supérieur à 1
- une BACA négative
- un apport en niacine
- un régime fibreux de 11 kg brut de foin par jour.


Surtout, il faut qu’en début de lactation, la ration ne conduise pas à l’acidose en intégrant à la ration 3 kg de matière sèche de fibres, en privilégiant l’aliment en haute teneur en protéine et en fibre et en apportant du sel (70 g/jour) car pour fabriquer le bicarbonate de la salive, il faut du sodium. Il est conseillé de mettre en libre-service un facteur tampon (bicarbonate) car les vaches ont de l’instinct…

Apporter des matières grasses

Pour réduire la perte de poids, il faut également apporter des matières grasses sachant qu’une matière grasse « 3,7 UFL/kg » à 150 g/jour apporte 0,56 UFL par jour. Mais, le plus important est la forme d’apport des matières grasses.
Ces matières grasses sont de deux genres : les huiles et les savons et matières grasses hydrogénées. Avec les huiles, le problème est leur biohydrogénéisation dans le rumen à 80 %. Elles servent aux micro-organismes et non à la vache et tuent les bactéries du rumen. En fait, elles ont un effet négatif sur le fonctionnement du rumen et font chuter le TP. Elles sont donc inutilisables. Il faut donc se tourner vers l’utilisation d’acides gras saturés comme les huiles de palme ou l’huile de foie de morue.


A ce titre, Moulin Jacquot et ses partenaires proposent Strata G, le seul sel de calcium d’acides gras riche en Oméga 3. Ce produit sous forme de poudre est différent de par leur matière première (huile de palme et huile de foie de morue) et de par le traitement effectué. Les huiles sous forme de triglycérides sont distillées (libération du glycérol et obtention d’acide gras libres), saponifiées (formation d’un sel de calcium) et séchées (élimination de l’eau).


Ce sel de calcium d’acides gras permet de conserver les acides insaturés, de rendre la matière grasse by-pass et d’éviter de perturber la flore du rumen en évitant l’attaque des micro-organismes du rumen. Le Strata G est composé de 42 % d’acides gras saturés et 58 % d’insaturés.
 
Avantages

Strata G favorise l’involution utérine grâce à l’acide linoléique qui se transforme en acide arachidonique qui stimule les prostaglandines. Le tout permet le redémarrage du cycle ovarien après vêlage. Il accroît également le développement folliculaire et augmente la taille des follicules.
Strata G accroît aussi le taux de cholestérol et augmente le taux de progestérone, l’hormone de gestation.
Enfin, il évite la mortalité embryonnaire grâce à sa richesse en EPA et DHA. Lors de la nidation de l’embryon sur la paroi de l’utérus, il produit une hormone appelée interféron-tau qui signale à l’ovaire, à l’utérus, sa présence. Si ce message n’est pas bien reçu par l’ovaire, celui-ci va produire des prostaglandines et l’utérus de l’œstradiol. Dans ce cas, la vache avorte. Strata G évite ce processus.
Pour conclure, Strata G est une poudre à incorporer à raison de 150 g/VL/jour durant les 100 premiers jours de lactation. Le résultat est : plus de lait (+2 kg de lait/jour et + 500 kg de lait minimum par lactation) et plus de gestation (+ 35 % des VL gestantes à 100 jours).
 
La fertilité et la génétique


Des lignées génétiques dégradent la fertilité d’un troupeau. En Prim’Holsteins, les familles Mascot, Gibon, Luke, Lounge, Lukart, Jumping étaient à éviter. Aujourd’hui, la souche Addisson est risquée avec Rouki, Paturad, Recieux et Rambran.

A l’inverse, des lignées génétiques améliorent la fertilité : Medrignac et Heldostar. A avec un point de fertilité en plus, ce sont 5 points de taux de réussite en première IA.

Mais, il faut également surveiller la voie femelle sachant que le taux de consanguinité est de 5 % et qu’au-delà de 6,25 %, la fertilité chute.

Aujourd’hui, il faut 3 IA pour avoir un veau…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui