L'Avenir Agricole et Rural 05 novembre 2018 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

MSA : COMMENT ORIENTER LES EXPLOITANTS ET SALARIÉS AGRICOLES EN DETRESSE ?

Mal-être, dépression, solitude, idées suicidaires… Quelqu’un de votre entourage est peut-être en situation de détresse ? Il est possible de l’orienter vers des dispositifs d’accompagnement professionnels.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Il est possible d’orienter les agriculteurs en souffrance vers les dispositifs mis en place par la MSA, tel que le service Agri’écoute, afin de les aider à parler de leur mal-être
Il est possible d’orienter les agriculteurs en souffrance vers les dispositifs mis en place par la MSA, tel que le service Agri’écoute, afin de les aider à parler de leur mal-être - © JC GUTHNER

Tous concernés

 

Décès dans l’entourage, menace sur l’activité professionnelle, rupture amoureuse, crise dans le couple, période de solitude sont autant de situations qui peuvent entraîner un mal-être qu’il ne faut pas minimiser.

Le mal-être en milieu agricole est une réalité préoccupante. Chacun d’entre nous peut agir pour accompagner les personnes touchées. Pour ce faire, il importe de savoir détecter les premiers signes de détresse.

 

Les évocations plus ou moins directes à l’acte suicidaire et les propos dévalorisants sont des signaux d’alerte à prendre en considération.

Par exemple :

 

- «Bientôt, je n’embêterai plus personne»

- «Ce serait beaucoup mieux pour tout le monde si je n’étais plus là»

- «Je n’ai pas ma place ici. Je ne sers à rien»

- «Je n’en peux plus»

 

Le suicide est souvent évoqué comme une solution pour ne plus souffrir.

 

Mettre des mots sur un mal-être

 

Un tel processus n’est pas inéluctable. Il est possible d’orienter les personnes en souffrance vers les dispositifs mis en place par la MSA, en premier lieu le service Agri’écoute, afin de les aider à parler de leur mal-être.

 

Le numéro Agri’écoute, joignable au 09 69 39 29 19, au prix d’un appel local (gratuit depuis une box), permet d’échanger anonymement et à tout moment, week-end et nuit compris, avec un écoutant professionnel.

 

Il propose, grâce à une écoute active, de mieux cerner les éléments qui déclenchent le mal-être, et prendre du recul par rapport à une situation difficile. Il aide à mettre des mots sur ses émotions et orienter vers des solutions.

L’utilisation d’un simple pseudonyme permet un suivi personnalisé dans le temps, tout en gardant son anonymat.

 

Des équipes impliquées au sein de la MSA

Les personnes peuvent aussi être accompagnées, avec leur accord pour lever l’anonymat, par une des trente-cinq cellules pluridisciplinaires de prévention du suicide de la MSA. Composées de travailleurs sociaux, médecins du travail, médecins conseil et conseillers en prévention, elles interviennent pour trouver des solutions avec la personne en détresse, en fonction de la situation.

 

 

En cas d’extrême d’urgence, contactez le 15 ou le 112 depuis un portable.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui