L'Avenir Agricole et Rural 17 avril 2008 à 00h00 | Par F.Thevenin

MSA - APPRENDRE LES GESTES QUI SAUVENT

L’échelon local de Chaumont Juzennecourt et Vignory de la MSA a organisé une réunion d’information sur « les gestes qui sauvent », à la Maison d’Agriculture. Elle était animée par une monitrice des premiers secours de l’ADPC 52, l’association départementale de la protection civile de la Haute-Marne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'Association Départementale de Protection Civile de la Haute-Marne ou plus simplement la Protection Civile 52, est une association régie par la loi de 1901, dont le siège social est situé 50 Rue Cuvier à Chaumont. Elle est néanmoins présente sur tout le département (Langres, Voisey, Chaumont, Bayard, Chevillon et St-Dizier).
Ses missions sont :
- informer et former aux premiers secours ;
- mettre en place des dispositifs prévisionnels de secours (autrement dit des postes de secours) ;
- aider la population en cas de sinistre.
L'ADPC a surtout vocation à intervenir en Haute-Marne sur demande de la Préfecture ou des collectivités locales mais aussi du SAMU 52 avec qui elle travaille lors des postes de secours. Mais, elle peut aussi sortir du département et renforcer d'autres ADPC voisines ou non (ex : 24 heures du Mans...). Deux des sauveteurs de Haute-Marne sont même partis en Indonésie en juin 2006 avec la FNPC lors du tremblement de terre.

Bénévolats

Tous les membres sont des bénévoles. Ils font la richesse et la force de l’association. La motivation est son moteur. Des entraînements réguliers permettent d'acquérir des réflexes indispensables au bon déroulement des opérations de secours. Elle dispose de trois instructeurs, deux moniteurs et d'une quinzaine de moniteurs. L'an passé, plus de 12 000 heures de formation ont été dispensées par l'équipe de formateurs comme cela a été le cas, la semaine dernière, à la Maison d’Agriculture.
L’ADPC est agréée comme association formatrice par la Préfecture de la Haute-Marne sous le n° 3 540 du 10 décembre 2004. Elle assure les formations suivantes : Prévention et Secours Civiques (PSC1), Premiers Secours en Equipe de niveau 1 et 2 (PSE1 et PSE2), Brevet National de Moniteur de Premiers Secours (BNMPS) et Attestation de Formation à l'Utilisation du Défibrillateur Semi-Automatique (AFUDSA).
Elle assure aussi des séances d'initiation aux premiers secours auprès des enfants.

Dispositifs Prévisionnel de Secours

Un Dispositif Prévisionnel de Secours est un point où sont réunis les moyens matériels et humains permettant de couvrir un évènement ponctuel.
Les secouristes présents sont ainsi en mesure de prendre en charge les éventuels blessés et malaises en réalisant les gestes de premiers secours. Ils rendent compte également au SAMU (15) et au CODIS.
Plusieurs dimensions-types peuvent ainsi être mis en place selon les besoins :
- un P.A.P.S. (Point Alerte et de Premiers Secours). Il est composé de 2 secouristes formés avec un minimum de matériel. Il répond à la couverture sur de petits rassemblements où les risques sont faibles.
- les autres types de Postes de Secours sont composés d'au moins 4 secouristes formés avec à disposition le matériel d'intervention nécessaire.

Les moyens matériels mis en oeuvre dépendent également des besoins. Ils peuvent aller des tentes ou local avec équipements d'intervention complets aux moyens logistiques et de transmission en passant par des véhicules de commandement, logistique et de transports de personnes ou des matériels divers complémentaires (groupes électrogènes, éclairage, ...)
Une convention entre l'organisateur et la Protection Civile 52 est signée avant la mise en place. Elle précise les modalités d'intervention de la Protection Civile 52 lors de l'évènement.

Le 3ème volet des missions de la Protection Civile 52 est l'aide aux populations. En cas de catastrophes naturelles ou technologiques, la protection civile 52 peut répondre à différents besoins, à la demande et en collaboration avec les institutions publiques, locales ou nationales.
Marie Hélène LAVIE.
Marie Hélène LAVIE. - © MSA 52
Trois gestes simples pour
s’en sortir lors d’accidents domestiques

Lors d’une coupure profonde, le sang s’écoule abondamment. La plaie doit être tout de suite comprimée soit directement par la main ou par un tampon afin d’éviter l’hémorragie. Allonger la victime pour prévenir tout malaise et bien sûr appeler les secours. La victime ne doit pas rester seule jusqu’à l’arrivée des secours.
La main sur le fer à repasser ou dans l’eau bouillante : la peau devient écarlate et les cloques apparaissent. Rafraîchissez, immédiatement sous l’eau, sans pression ; cette action engendre une diminution de la douleur et limite l’extension de la brûlure. Pendant l’aspersion, retirer les vêtements sauf ceux qui collent. En cas de plaie étendue, appeler les secours.
Une cacahuète avalée de travers, la respiration coupée, on s’étouffe :  donnez cinq claques dans le dos avec la plat de la main. Si cette action se révèle inefficace, pratiquer la méthode d’Heimlich : passer vos bras

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui