L'Avenir Agricole et Rural 09 juillet 2009 à 15h04 | Par F.Thevenin

MOISSON 2009 - SEPAC, UNE JOURNÉE INSTRUCTIVE

La journée Sepac est l'occasion de faire un tour complet de l'actualité céréalière en abordant des sujets comme les activités 2 008 de la Sepac, les marchés ou la volatilité et la gestion du risque de prix.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
LES PREMIERS RESULTATS DE LA MOISSON EN, ORGES D'HIVER LA QUALITE ET BEL ET BIEN PRÉSENTE
LES PREMIERS RESULTATS DE LA MOISSON EN, ORGES D'HIVER LA QUALITE ET BEL ET BIEN PRÉSENTE - © REUSSIR

Il est difficile de savoir où en est le marché des céréales et des oléo-protéagineux... Une année au plus haut ! Une année médiocre ! Les agriculteurs aimeraient savoir où ils vont... Jean Olivier Lhuissier, pour la Sepac, tente d'ouvrir quelques perspectives.

La loi de l'offre et de la demande

La première donnée intraitable et indiscutable est le bilan mondial de la production, de la consommation et des stocks mondiaux de blé. En 2007, l'année de la hausse des cours, la consommation et la production étaient quasiment équivalentes (614 millions de tonnes de conso pour 610 de production) et les stocks étaient au plus bas depuis plus de 20 ans avec 118 millions de tonnes.
En 2008, la situation se retourne du fait d'une forte hausse de la production (683 millions de tonnes) et d'une consommation qui augmente moins rapidement (651). Automatiquement, les stocks progressent de nouveau (155) et engendrent la baisse des cours. En 2009, la situation est moins grave mais les contre coups sont toujours présents : la production est à 651. La conso est à 642 et les stocks montent à 167 millions de tonnes. La tendance est la même en Europe avec une production de 124 millions de tonnes en 2009 et des stocks à 23,4 ainsi qu'en France avec 31,7 millions de tonnes produites contre 33 en 2 008 et 4,9 % stockées contre 2,7 en 2008.
Pour info, la production française part en meunerie (5,1 tonnes), en amidonnerie (2,5), en aliments de bétail (5,6), en bio carburant (0,8), en export grains sur l'Europe (6,3), en export grains sur le monde (9,5) et en export farine (0,85).
Toujours pour info et pour comparaison : l'Ukraine appelée injustement le grenier de l'Europe ne produit « que » 24 millions de tonnes...
Enfin, en blé, les prix sont la résultante parfaite de la loi de l'offre et de la demande sachant que les prix 2009/2010 sont 10 euros plus hauts que ceux de 2008/2009. Evidemment, aucune comparaison n'est possible avec 2007/2008.

Orge, maïs et colza

En orge, la situation mondiale est comparable à celle du blé. En 2007/2008, la production était de 134 millions de tonnes pour des stocks à 26 millions. En 2008/2009, le ratio est de 157 pour 22 et pour 2009/2010, il est prévu 145 pour 32. Les stocks progressent donc et logiquement, les prix baissent... La raison est assez simple : moins de consommation de bière et donc d'orges de brasserie. En Europe, la production d'orges atteint les 60 millions de tonnes pour 15 millions de tonnes de stocks.
En colza, en trois ans, les stocks européens augmentent régulièrement : 811 000 tonnes en 2007/2008, 1,5 million en 2008/2009 et 1,7 tonne en 2009/2010. Pendant ce temps-là, la production est quasiment stable. Résultat : les prix prévus pour 2009/2010 sont supérieurs à ceux de 2008/2009 d'une dizaine d'euros. Evidemment, ils n'atteindront pas ceux de la saison 2007/2008 à plus de 400 euros mais ils seront bien supérieurs à ceux de 2004, 2 005 et 2 006 à moins de 250 euros.
Contrairement au blé, aux orges et au colza, il n'en va pas de même avec le maïs... La consommation ne cesse de progresser (760 en 2007, 777 en 2008, 792 en 2009) alors que la production ne cesse de baisser (790 en 2007, 784 en 2008, 771 en 2008). Du coup, les stocks diminuent : 135 en 2007, 129 en 2008 et 118 en 2009. Porté par son utilisation en carburant aux Etats-Unis et les pays d'Amérique du Sud, les cours du maïs se maintiennent voire progressent.

Le prix du baril

L'envolée du prix des produits agricoles allait avec l'envolée des cours de toutes les matières premières dont le pétrole. Le prix du baril a augmenté pendant 18 mois pour redescendre 9 mois. Le fret a suivi cette évolution avec un sommet mi 2008 et des niveaux aux plus bas à la fin 2008.
Pour conclure, Jean-Olivier Lhuissier explique que les prix 2 009 seront conditionnés au poids des stocks mondiaux avec l'obligation de développer l'export sur 2 009 et 2010. Malgré tout, une inconnue demeure : l'attitude des financiers qui pourraient spéculer sur les marchandises. Pour ces raisons, il conseille aux agriculteurs de limiter leur exposition aux risques...

LES ACTIVITES DE LA SEPAC

 

Philippe Chouffeur, responsable opérationnel de la Sepac, a présenté les activités 2008/2009 de l'entreprise. Au 31 mai 2009, tous produits confondus, la collecte s'établissait à 252 600 tonnes contre 229 200 tonnes en juin 2008 soit une hausse de 10,2 %.

En blé, la hausse est de 8 % pour s'établir à 115 100 tonnes. En maïs, la hausse est de 28 % pour s'établir à 5 750 tonnes et en orges, la hausse est de 21 % pour s'établir à 88 900 tonnes. Par contre, en colza, la collecte est en baisse de 6 % pour s'établir à 40 600 tonnes avec 72 % en alimentaire, 22 % en ACE et 6 % en diester.

En moyenne, avec compléments, le blé a été payé 160 euros la tonne. Esterel a été payé 157 euros la tonne et le colza 363 euros la tonne.
Côté approvisionnement,  pour Michel Ménétrier, adjoint de direction, l'activité totale a augmenté de 3,78 % pour dépasser les 11 millions d'euros. La plus forte progression vient des fongicides (+ 14 %) et la plus forte baisse vient des insecticides (- 5 %). En engrais, 73 225 tonnes ont été livrées (- 6 %) pour une valeur de 16,4 millions d'euros (+ 9 %).

PREMIERS RESULTAS DE LA MOISSON

 

D'après la Sepac, alors que toute la Haute-Marne a débuté la moisson 2009, il apparaît qu'en orges d'hiver, contrairement aux années précédentes, la qualité est bel et bien présente. Grâce aux pluies régulières et à l'absence de coup de chaud, le calibrage est bon avec une moyenne de 80 en Esterel dans une fourchette allant de 65 à 85.
Rappel : les moyennes des années précédentes étaient autour de 65 !

Les rendements sont également bons avec une fourchette de 60 à 70 quintaux sur les petites terres et une fourchette de 75 à 85 quintaux dans les vallées. 80 % de la récolte est en dessous de 10,5 de protéines.
Esterel s'en sort bien malgré l'attaque de quelques maladies (mosaïque). Par contre, il est d'ores et déjà déconseillé de semer de la Cervoise pour la campagne suivante car elle trouvera de moins en moins de preneur. Cette variété (et d'autres) ne sera plus reconnue « brassicole ».

Côté nouveauté, Cartel, une variété plus tardive à l'image de Vanessa, est préconisée sur les bonnes terres mais il faut faire attention à son taux de protéines.
Toujours selon la Sepac, la suite de la moisson 2 009 se présente bien avec, malgré tout, deux inquiétudes sur les blés : la forte pression de septoriose et les invasions de cécidomyies qui peuvent faire perdre 3 à 7 quintaux.

Vauthier Sepac, un retour à la normale après une année exceptionnelle

 

En 2007/2008, Vauthier Sepac avait connu des chiffres exceptionnels pour les raisons connues (hausses des prix des matières premières, distributions de litrage aux éleveurs...). Pour 2009, la situation est jugée « normale par rapport à la conjoncture ».

En 2009, le tonnage vendu (aliments composés, matières premières et aliments liquides) dépasse les 30 000 tonnes alors qu'en 2008, il atteignait pratiquement les 40 000 tonnes (- 19 %). Du coup, le chiffre d'affaires passe de 10,4 millions d'euros à 9,2 millions (-11,7 %).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui