L'Avenir Agricole et Rural 13 mars 2014 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

MFR ST BROINGT LE BOIS - Sept jeunes haut-marnais de la MFR en Wallonie

Durant trois semaines, vers Bastogne, sept élèves de la Maison familiale et rurale (MFR) de Saint Broingt le Bois ont vécu aux côtés de paysans belges. Contacts multiples et travail de fond pour des Bac Pro CGEA en fin de cycle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les sept jeunes de MFR de Saint Broingt le Bois ont travaillé trois semaines sur le plateau de Wallonie sans oublier le tourisme local et les retrouvailles entre stagiaires répartis sur six fermes.
Les sept jeunes de MFR de Saint Broingt le Bois ont travaillé trois semaines sur le plateau de Wallonie sans oublier le tourisme local et les retrouvailles entre stagiaires répartis sur six fermes. - © MFR

Le plateau de Wallonie demeure un lieu comparable en altitude et degrés celsius à son petit frère français d’Auberive. La neige, le vent et le gel font de cette région et de ces villages proches de Bastogne au mois de février, mars des lieux où la grosse laine n’est pas de trop avec 25 cm de neige... Cette année, exceptionnellement, très peu de poudreuse et des températures assez douces. Comme en Haute-Marne d’ailleurs !

Ce stage à l’étranger n’est pas dû au hasard mais répond bien à une exigence d’ouverture : « nous veillons à ce que ces futurs hommes et femmes de la terre intègrent d’autres schémas de productions tout en sortant de leur région » explique la formatrice responsable, Marylène Minot qui connaît bien Bastogne et ses villages proches pour y avoir tissé des liens solides avec les autochtones dont la famille Lutgen de Villeroux, à la base de cet échange franco-belge depuis plus d’une décennie.


De la sélection

Benoît Lutgen et son père Gérard sont à la tête d’une exploitation de 550 bêtes avec un troupeau laitier de Prim’Holstein qui évoluent sur caillebotis (à racler deux fois par jour mais évitant la paille) pour une production de 350 000 litres. Avec du foin, de l’enrubannage, de la pulpe, des betteraves et des céréales dont une ancienne de l’Épeautre, ils nourrissent leur troupeau tandis que les veaux sont enlevés de la mère et nourris au lait artificiel notamment par Emilie, la jeune stagiaire française aux côtés de deux chiennes de la ferme « nous découvrons ici une autre manière de produire, d’autres races bovines et c’est vraiment intéressant » souligne Emilie aux petits soins pour les veaux.

Non loin de là, pendues au plafond du bâtiment, de branches de houx qui évitent les dartres aux bêtes...

Autre fierté familiale : les 200 Blanc Bleu Belge, une race bovine belge destinée à la production de viande aux épaules bien musclées, au large garrot et au flanc court et plein. Benoît Lutgen parie sur un cheptel au potentiel génétique affirmé pour l’avenir, les performances et la défense du Blanc Bleu belge.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui