L'Avenir Agricole et Rural 22 décembre 2016 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Mettre des mots sur des maux

La crise agricole mobilise la MSA Sud Champagne qui a organisé une réunion d’information et d’échange avec les salariés des OPA le 16 décembre à Choignes. L’objectif étant d’adapter son attitude face à la détresse des agriculteurs et trouver des méthodes d’accompagnement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour Joseph VANDENBROUCKE, l’accompagnement est «une danse entre deux êtres»
Pour Joseph VANDENBROUCKE, l’accompagnement est «une danse entre deux êtres» - © T.M.

Une écoute accompagnante

Cette réunion est à l’initiative des élus MSA Sud Champagne qui ont missionné le Dr Philippe SAINTON de la MSA de Troyes pour animer la rencontre : « de plus en plus d’agriculteurs ont atteint un seuil critique de trésorerie. Nous devons leur apporter un appui adapté à la situation en donnant des pistes d’actions aux entreprises en lien direct avec des exploitants en difficultés ».

Pour accompagner au mieux, Joseph VANDENBROUCKE, coach au cabinet JV Emergence, explique qu’il faut « se connecter l’un à l’autre », pour se faire il donne quelques outils. Tout d’abord, on est envahi par soi-même avant un entretien (problèmes personnels) et on arrive avec des a priori. « Tout ça me plombe avant même le début de l’entretien, il faut commencer par faire le vide en se créant un espace de détente pour avoir du recul » conseille le spécialiste. « La plupart du temps, on s’occupe du problème sans se centrer sur la personne. Il faut aider l’autre à construire ses propres réponses pour vérifier ses besoins ».

Pour arriver à une écoute accompagnante, Joseph VANDERBROUCKE propose la méthode RPBDC :

R (Réalité), ne pas se limiter au ressenti et identifier la réalité (quels sont les faits ?). Uniquement en la faisant parler, la personne va prendre du recul sur ses difficultés et les minimiser.

P (Problème), identifier le problème.

B (Besoin), identifier le diagnostic pour trouver de quoi la personne à besoin. C’est l’occasion de repérer si elle est en danger et mettre en place une situation de protection en la rassurant.

D (Demande), les questions (ex : quelle est ta demande ?) vont permettre à l’agriculteur de devenir acteur de la relation. Si une demande est formulée, le plus dur est fait car cela signifie qu’il y a une réponse au problème et qu’il commence à être autonome.

C (Contrat), obtenir un contrat entre 2 ou plusieurs personnes. Une question simple (ex : quand se revoit-on ?) suffit à créer un lien. L’exploitant est à nouveau acteur et la relation va s’inscrire dans la durée, ce qui va enlever de la pression.

« On peut faire beaucoup de choses en 1h/1h30 d’entretien, à condition d’être centré sur la personne. Un échange trop long devient difficile et il ne faut pas enchaîner les rendez-vous sinon on n’est plus disponible » conclut le coach.

Agir en ERO

Chez EMC2, les salariés ne savaient pas quelle réaction adopter face à la détresse des agriculteurs. Laurent LEGAND, responsable de la prévention des risques EMC2, a expliqué comment la coopérative s’est organisée. Tout d’abord en commençant par comprendre les comportements car les émotions renseignent sur une situation, il faut les décrypter. « Les émotions sont vues comme des faiblesses et plutôt que de les écouter nous les repoussons ».

La colère traduit une frustration face au franchissement d’une limite, mais c’est aussi une volonté de se faire entendre. La tristesse découle de la privation d’un objet ou d’une personne qui nous est cher, elle est proportionnelle à la valeur qu’on donne à cet objet ou cette personne. Une ferme a une valeur énorme pour un agriculteur (outil de travail, patrimoine familial), si l’exploitation est en péril, il est alors submergé par l’émotion et n’est plus capable de réfléchir.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui