L'Avenir Agricole et Rural 05 juillet 2018 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

MAISON FAMILIALE RURALE, REUSSIR AUTREMENT

La MFR de Buxières-les-Villiers a ouvert ses portes le 16 juin. L’occasion de découvrir le fonctionnement particulier d’une Maison Familiale Rurale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Parents et futurs élèves sont venus se renseigner sur les différentes formations proposées par l’établissement.
Parents et futurs élèves sont venus se renseigner sur les différentes formations proposées par l’établissement. - © T MORILLON

17 MFR sont présentes en Région Grand Est, mais certains départements comme le Haut-Rhin, le Bas-Rhin, la Meurthe-et-Moselle ou la Moselle n’en possèdent pas. En revanche, on en dénombre 6 dans les Vosges. Les MFR haut-marnaises et vosgiennes appartiennent à la même Fédération territoriale, ce qui représente 1200 jeunes et adultes en formations.

Rôle des parents d’élèves

Suite à la fermeture du site de Saint-Broingt-le-Bois, il ne reste plus que deux MFR sur notre département : à Doulaincourt et à Buxières-les-Villiers. Les portes ouvertes de l’établissement de Buxières ont été l’occasion de rencontrer l’équipe éducative, mais aussi les parents d’élèves.

Lorsque ces derniers inscrivent leur enfant à la MFR, ils deviennent automatiquement adhérents de l’association de la MFR. Puis, l’association délègue le suivi de son fonctionnement à un conseil d’administration composé de membres élus par l’assemblée générale. «Ce conseil est formé de 13 bénévoles qui s’engagent à participer activement à la marche de la Maison Familiale» explique Jean-Pierre Brunseaux, vice-président du conseil d’administration.

 

Accompagnement personnalisé

La MFR de Buxières-les-Villiers accueille environ 160 élèves, de la 4ème au Bac Pro, sur un joli parc de 2 ha. La particularité d’une MFR est de reposer sur le principe de la formation par alternance, basée sur un accompagnement personnalisé. «Nous nous appuyons sur les acquis vus en stage pour reconstruire les cours à la MFR» précise le directeur Jérôme Thuillier.

L’élève est suivi par un enseignant référent qui le conseille et l’oriente en fonction du stage. Cet enseignant est appelé moniteur car il fait non seulement un accompagnement éducatif, mais également un accompagnement dans la vie résidentielle. L’établissement est nommé «maison» et non «école» car le moniteur n’est pas un professeur, il accompagne les élèves tout au long de la journée. «90 % des élèves sont internes, on fait un accompagnement dans sa globalité» explique Jérôme Thuillier. «C’est un esprit social, les élèves aiment être entourés de leurs copains. Nous avons le cas d’une élève qui veut être interne alors qu’elle habite à Chaumont, à 10 km de la MFR».

 

De la 4ème à la 3ème, les élèves préparent leur Brevet, mais passent beaucoup de temps en stage : 24 semaines (entre 4 et 6 stages/an) contre 16 semaines d’école en troisième. «Ce sont des stages pour découvrir un métier, quel qu’il soit. Ainsi, non seulement l’élève a un premier contact avec le monde professionnel, mais il peut choisir dans quel domaine il souhaite s’orienter» explique Jean-pierre Brunseaux. Le vécu personnel du jeune est ensuite exploité à la MFR afin de faire un lien logique entre les deux parties.

 

Différentes formations

La formation CAPA SAPVER (Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole option Services Aux Personnes et Vente en Espace Rural) est à destination des jeunes qui souhaitent travailler dans le domaine de la petite enfance ou avec des personnes âgées.

 

Pour l’option de l’accueil-vente, l’élève aura des stages chez des commerçants : épiciers, boulangers, petits magasins, supermarchés… Cette formation dure deux ans et comporte 25 semaines à l’école et plus de 45 semaines en stage.

La MFR propose également un Bac Pro «Services aux personnes et aux territoires», d’une durée de deux ans.

 

Une quinzaine d’élèves en formation CAPA SAPVER ont réalisé un projet «partage» pendant une semaine en Ardèche, en collaboration avec la MSA. Le jeune accompagne une personne âgée tout au long de la journée en maison de retraite, le but étant d’appréhender la personne autrement. La classe fut particulièrement enchantée de cette expérience.

 

La seconde «Nature Jardins Paysages et Forêt» s’adresse à des jeunes intéressés par les métiers de la nature. Ils effectuent des stages pour découvrir les métiers liés à l’environnement et l’aménagement (forêt, pêche, chasse, aménagement paysager…) pour ensuite affiner leur projet professionnel en première et terminale Bac pro : «Gestion des Milieux Naturels et de la Faune».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2514 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 2514 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui