L'Avenir Agricole et Rural 06 mai 2016 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

MAEC : Arbitrage impossible, pour le moment

La Profession agricole Haut-Marnaise refuse d’endosser des exclusions de territoires et met en garde l’Administration contre toute décision hâtive malgré le retard déplorable déjà pris sur ce dossier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Reussir 52

Durant l’été 2014, la Chambre d’Agriculture a travaillé d’arrache pied pour mettre en place des programmes agro environnementaux et climatiques (PAEC) qui ont été validés par la DRAAF et le Conseil Régional en tant que nouvelle autorité de gestion de ce dispositif.

 

Le bon élève montré du doigt

Dans la même dynamique, la Chambre d’Agriculture relayée par les autres OPA de service (notamment CER France Sud-Champagne et FDSEA), a mis en œuvre des moyens d’animation qui ont d’ailleurs été en partie cofinancés par des deniers publics. Le résultat a été à la hauteur de l’engagement puisque 916 exploitations, soit environ 50 % des fermes Haut-Marnaises ont déposé une ou plusieurs demandes MAEC systèmes et unitaires (aussi dénommées MAE localisées). Au niveau Champagne Ardenne, les engagements 2015 sont aussi dans l’épure budgétaire initiale, avec une estimation de consommation de 63 M d’ sur un prévisionnel dans les PAE alors évalué à 67 millions.

Aujourd’hui l’équilibre financier n’est plus le même puisque l’on évoque un budget disponible global de l’ordre de 42 M d’ dont 36 de FEADER. L’écart s’explique en partie par la consommation de 4.6 M d’ pour financer la campagne 2014, d’une part et par la faible participation des co-financeurs du FEADER, d’autre part. En effet l’Etat cofinance avec l’Agence de l’Eau (respectivement 10 millions d’euros et 1 million d’euros) ; le Conseil Régional ne participant qu’à hauteur de 250 000 pour les mesures «apiculture».

L’Etat, principal cofinanceur, cherche à imposer ses règles dans le seul souci de respecter sa propre enveloppe. La DRAAF après avoir encensé le département de la Haute-Marne pour l’efficacité de son engagement, critique aujourd’hui à demi-mot la trop forte souscription des agriculteurs Haut-Marnais et propose d’y remédier en excluant drastiquement des territoires.

Retrouvez la suite de notre article dans notre édition papier de cette semaine page 04
Bonne lecture.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui