L'Avenir Agricole et Rural 20 mai 2021 a 10h00 | Par Louis-Marie Allard - Terres Inovia

Lutte contre le puceron vert du tournesol : les auxiliaires en première ligne

Le puceron vert du prunier représente le principal insecte parasite sur la culture du tournesol mais les auxiliaires jouent un rôle déterminant pour les contrôler.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

S'ils sont présents suffisamment tôt sur la parcelle, les auxiliaires peuvent contrôler à eux seuls la population de pucerons.

Par contre si leur arrivée est décalée par rapport à une arrivée importante de pucerons ou bien si l'infestation en ravageurs est explosive avant l'apparition du bouton floral, une intervention insecticide est dans certains cas nécessaire.

La période de sensibilité du tournesol aux pucerons verts s'étend de la levée jusqu'à l'apparition du bouton floral.

Jouer la carte des auxiliaires
La présence des pucerons verts du prunier est révélée par un début de crispation du feuillage, qui se transforme ensuite en déformation (cloques). L'intensité des symptômes peut évoluer très vite, en cas de multiplication rapide des insectes.

Raisonner la lutte
Le raisonnement se fait en fonction de l'état du feuillage du tournesol. On considère trois états du tournesol :

- Les plantes normales avec des feuilles terminales lisses ou légèrement frisottées sans rapport avec des pucerons ;
- Les plantes frisottées avec présence de pucerons et commençant à manifester des crispations sans déformation accentuée ;
- Les plantes crispées avec des feuilles nettement crispées, déformées et cloquées de façon nette à intense avec présence de pucerons.

Une intervention insecticide est conseillée lorsque plus de 10 % des plantes montrent des crispations sur feuilles avant le stade formation du bouton floral.

Une nuisibilité variable généralement modérée

La nuisibilité du puceron varie selon le stade de la plante : plus il arrive tôt et plus on considère que son impact est potentiellement important. Dès le dégagement du bouton terminal, on considère que les pertes sont négligeables. Généralement, la nuisibilité est de l'ordre de 2 à 5 q/ha maximum. Ces chiffres peuvent certainement être dépassés pour des attaques graves très précoces que l'on rencontre rarement dans nos régions.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2657 | juin 2021

Dernier numéro
N° 2657 | juin 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous