L'Avenir Agricole et Rural 21 janvier 2021 a 08h00 | Par TM

Loup en Haute-Marne : les éleveurs désormais éligibles aux aides à la protection des troupeaux !

L’arrêté OPEDER vas prochainement être pris sur le département et permettra pour la première fois de délimiter des zones éligibles aux aides contre la prédation pour les éleveurs ovins et caprins. Toute la Haute-Marne est concernée.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

On dénombre 545 détenteurs d’ovins en Haute-Marne pour 43 000 ovins déclarés. Principalement situés dans le Bassigny, 179 élevages détiennent plus de 25 brebis et 90 en possèdent moins de 100. La moitié du cheptel ovin haut-marnais est détenu par 27 éleveurs. Une étude réalisée en 2013 par la Chambre d’agriculture met en avant la vulnérabilité des exploitations haut-marnaises face au loup. En effet les parcelles sont bien souvent situées à proximité des forêts et éloignées des villages, ce qui complique la surveillance. En outre, elles sont dispersées, donc difficiles a équiper en clôtures électriques. D’autre part, la production ovine est principalement en système herbager, avec du pâturage hivernal. De plus, la place en bâtiment est limitée et le nombre de lots par exploitation complique la mise en place de parcs de nuit.

L’intégralité du département éligible
Une cellule veille du loup a été créée suite aux nombreuses attaques sur le département. Après une première réunion en Préfecture le 16 novembre dernier, la DDT de Haute-Marne a présenté une proposition de l’arrêté «OPEDER Grands Prédateurs ».

Le Conseil Régional Grand Est, qui gère le FEADER, finalise actuellement les formulaires de demandes de subvention et les notices détaillant les règles d’éligibilité des aides. Les dossiers de demande seront disponibles à partir de février et jusqu’au 31 Mai 2021 et devront être adressés à la DDT de Haute-Marne.
Lors d’une réunion en visio-conférence le 19 janvier, la cellule loup a acté la mise en place d’un groupe « sentinelle » qui permettra aux éleveurs du département d’être alertés en cas d’attaque. Par ailleurs, des référents locaux, qui seront formés par l’OFB, ont été désignés pour intervenir, conseiller et accompagner les éleveurs victimes de prédation.

Les aides disponibles
Le classement en cercle 2 ou 3 n’a aucune conséquence sur l’indemnisation des éleveurs en cas d’attaque, même si aucune protection n’est mise en place. Les mesures financées en cercles 2 et 3 concernent les chiens de protection (dépenses liées à l’achat, à l’entretien, à la stérilisation et aux tests de comportement des chiens) et un accompagnement technique (prestations de conseil pour mettre en œuvre ou améliorer les moyens de protection).

Vous pourrez retrouver l'intégralité de cet article dans notre édition du 22 janvier 2021.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2642 | mars 2021

Dernier numéro
N° 2642 | mars 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous