L'Avenir Agricole et Rural 25 octobre 2018 à 09h00 | Par Marine Rosselle - Gilles Saget

Les systèmes de polyculture-ovin résistent mieux

Une estimation des résultats économiques 2018 a été faite sur 4 systèmes d’élevage avec production ovine dans le Grand Est.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Par manque d’herbe, les quantités de concentrés ont explosé.
Par manque d’herbe, les quantités de concentrés ont explosé. - © CA 52

Après les excès d’eau de l’hiver puis un printemps favorable à la pousse de l’herbe, la sécheresse s’est invitée durablement. Globalement, les stocks fourragers constitués au printemps étaient suffisants, mais ils ont été distribués dès cet été. L’impact est le plus conséquent en système herbagers, avec 1/3 de concentrés en plus et 15 % supplémentaire des besoins couverts par la paille.
Les marges brutes par brebis baissent de 7% pour les systèmes herbagers et de 13% pour les systèmes bergerie par rapport à la moyenne des 5 dernières années. L’EBE est stable dans les systèmes de polyculture sans culture d’été. Pour les systèmes herbagers, la baisse de l’EBE est d’environ 15 %.

L’ANNEE 2018 : TRES HUMIDE EN FIN D’HIVER ET TRES SECHE EN ETE
Rendements cultures hétérogènes
Les excès d’eau de fin d’hiver ont eu un impact négatif dans les terres profondes, mais bénéfique sur les petites terres. Les rendements moyens régionaux des cultures d’hiver sont proches d’une année normale (moyenne 5 ans) mais cachent une grande hétérogénéité selon le type de sol.
Les orges de printemps ont été semées plus tardivement mais dans de très bonnes conditions. De plus, le printemps favorable a permis d’obtenir de bons rendements. Les cultures d’été (maïs grains, tournesol, betteraves, …) ont fortement souffert de la sécheresse estivale

Déficit fourrager important
La mise à l’herbe s’est faite assez précocement et dans de bonnes conditions. Les températures de fin avril ont fortement accéléré la pousse de l’herbe. Même avec des chargements recommandés, les ovins ont été dépassés par l’herbe. Certains éleveurs ont bien réagi en réalisant les fauches précoces (ensilage ou enrubannage) plus tôt (fin avril / début mai). Du 10 mai au 15 juin, les pluies ont empêché les récoltes de foin. A partir du 15 juin, les éleveurs ont récolté les 2èmes coupes derrière fauche précoce et les foins. Finalement, les rendements cumulés des deux premières coupes en fauche précoce sont équivalentes à une coupe de foin (3,5 à 4,5 t MS/ha), avec une meilleure qualité mais plus de mécanisation. Globalement, les récoltes 2018 correspondaient aux besoins fourragers d’un hivernage normal.
Après le 15 juin, les prairies ont littéralement grillé sous de fortes chaleurs sans précipitation. Les récoltes des 2ème et 3ème coupes n’ont pas été réalisées. La luzerne a mieux résisté avec 3 coupes possibles et un rendement en légère diminution.

Hausse des charges alimentaires
La sécheresse estivale a eu un impact direct sur l’alimentation des animaux. Les brebis ont dû être affouragées sur une période de 3 mois et les agneaux d’herbe ont consommé davantage de concentré. Par manque d’herbe, les agneaux sont rentrés plus précocement (d’environ 6 semaines). Le nombre d’agneaux à finir est plus important, avec une incidence sur la consommation de concentrés, mais ceci a permis de maintenir le poids moyen.
D’autres stratégies ont conduit à une sortie d’agneaux plus légers. Ce choix a évité l’achat supplémentaire de concentrés pour les agneaux, mais ne permet pas de répondre aux exigences de qualité du marché.
La hausse de ces charges est de l’ordre de +16% à +27% selon les systèmes, les herbagers étant davantage pénalisés que les systèmes bergeries. La hausse de ces charges fait suite à l’anticipation et à l’optimisation de la conduite afin de garantir la productivité de la campagne 2019.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui