L'Avenir Agricole et Rural 05 février 2015 à 08h00 | Par E.D.

Les producteurs de lait recourent à la justice

Les producteurs de lait de Normandie et du Pas de Calais s’apprêtent à mener une action collective en justice contre leur collecteur, le géant Lactalis, dont ils estiment qu’il ne respecte pas ses engagements contractuels concernant le prix payé aux producteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Roger Braux, éleveur à Luzy-sur-Marne et Président au sein de l’Organisation de Producteurs Laitiers Lactalis Grand Est (APLLAGE)
Roger Braux, éleveur à Luzy-sur-Marne et Président au sein de l’Organisation de Producteurs Laitiers Lactalis Grand Est (APLLAGE) - © E.D.

«Ils se sont assis sur les indicateurs »

Deux organisations de producteurs de lait livrant à Lactalis se préparent à attaquer leur collecteur en justice, a annoncé, lors de ses vœux à la presse le 13 janvier, la Fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL). Elle se dit prête à soutenir la démarche. Ce sont d’abord les membres du conseil d’administration de l’OPNC (Organisation de production Normandie Centre) qui ont acté, le 26 décembre, le lancement de cette démarche inédite, suivis par leurs collègues de la laiterie de Cuincy (Nord-Pas de Calais), le 13 janvier. La procédure n’est pas encore engagée, mais une volonté est affichée par les producteurs : défendre leurs droits, non plus devant les laiteries ou sur les pavés, mais devant la justice. « Nous irons jusqu’au bout », promet le président de l’OPNC, Max Vié.

Les éleveurs reprochent, de nouveau, à Lactalis de ne pas avoir respecté les termes du contrat qui les lie, en particulier sur la fixation du prix du lait, et dénoncent « l’opacité avec laquelle le prix est déterminé » chez Lactalis. « Depuis le mois d’avril, ils se sont assis sur les indicateurs de prix », accuse André Bonnard, trésorier de la FNPL. Selon les chiffres fournis par le syndicat, Lactalis aurait accordé, en 2014, une hausse de 24,8 €/1 000 litres sur le prix de base payé aux producteurs de la région Ouest (contre 24,5 € chez Bel, 24,9€ chez Bongrain, 27,4 € chez Triballat et 20,4 € chez Sodiaal). « Chez Lactalis, on aurait dû atteindre une hausse de 27 les 1 000 litres », estime André Bonnard, qui se fonde sur les marchés où évolue le leader laitier. Les producteurs estiment le préjudice subi à 8 000 € par exploitation.

Lactalis condamne

Le lendemain de cette annonce, le groupe Lactalis a réagi vigoureusement par voie de communiqué. « La judiciarisation des relations avec certaines organisations de producteurs n’est pas la solution aux enjeux du marché », affirme-t-il. Le groupe estime que la FNPL s’ingère dans la gestion des organisations de production, et prévient que cette stratégie de judiciarisation sera « lourde de conséquences ». « La position de la FNPL est irresponsable dans un contexte de sortie des quotas où il est important de construire des relations différentes au sein de la filière qui a besoin de cohésion et non d’attaques incessantes vis-à-vis des transformateurs privés », poursuit l’industriel. Sur le fonds, Lactalis récuse les accusations des producteurs, et assure qu’il « a respecté ses engagements et suivi tout au long de cette année 2014 les évolutions du marché »


Des conflits depuis 2013

Les reproches des producteurs adressés à Lactalis ne sont pas nouveaux. L’action collective est la suite d’un affrontement qui dure et ne trouve pas d’issue, depuis presque deux ans. En juillet 2013, des producteurs de la FDSEA et des JA de l’Orne avaient déjà porté plainte contre Lactalis, mais symboliquement dans une gendarmerie, sans donner de suites judiciaires. Six mois plus tard, les éleveurs accusaient toujours Lactalis de pratiquer des tarifs largement en dessous des indicateurs. Dans le Maine-et-Loire, Sylvain Daury, animateur à la fédération départementale laitière, expliquait que « sur l’année, Lactalis paiera 335 euros les mille litres, alors que les indicateurs s’orientent vers 346 euros ». Les nombreuses interventions du médiateur des relations commerciales agricoles n’auront pas réussi à apaiser les tensions.

Repères

L’Association des Producteurs Laitiers Lactalis du Grand Est couvre neuf départements (Marne, Haute-Marne, Aube, Haute-Saône, Vosges, Meurthe et Moselle, Moselle, Haut et Bas Rhin), elle remporte 90 % d’adhésion auprès des producteurs Lactalis.

En Haute-Marne, 90 producteurs livrent à Lactalis 45 m° de litres de lait sur tout le département.

En terme d’outils industriels, Lactalis exploite une fabrique de Brie de Maux à Raival dans la Meuse, une fabrique de cancoillotte à Loulans en Haute-Saône, ainsI que le site de Corcieux dans les Vosges (anciennement Marcillat).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2453 | juillet 2017

Dernier numéro
N° 2453 | juillet 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui