L'Avenir Agricole et Rural 01 décembre 2016 à 08h00 | Par T.M.

Les opportunités du numérique

La dernière session de l’année s’est déroulée le 24 novembre au lycée agricole de Choignes. Une conférence était donnée sur l’agriculture connectée, un sujet qui pose les multiples enjeux de l’agriculture de demain.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le logiciel Mes p@rcelles utilise un drône pour mieux adapter les apports d’azote au champ.
Le logiciel Mes p@rcelles utilise un drône pour mieux adapter les apports d’azote au champ. - © T.M.

Mauvaise campagne

En introduction des travaux, le Président de la Chambre Christophe FISCHER est revenu sur la campagne 2016 «qui s’est déroulée dans un contexte difficile, la conjoncture défavorable s’ajoute à la crise structurelle».

«Cette dernière campagne n’est pas bonne et la qualité n’est pas au rendez-vous. Nous n’avons pas eu de récolte aussi faible depuis 2003, nous allons perdre des marchés à l’export» souligne le Président. L’année 2016 aura été catastrophique pour les productions végétales, les terres profondes étant les plus pénalisées. Les orges d’hiver sont très décevantes avec des prix moyens qui peuvent être minorés à cause de leur faible qualité. Les colzas connaissent une baisse de rendement légèrement moins forte que les cultures d’hiver avec une forte demande à l’export.

 

Le contexte laitier est toujours aussi tendu : «on atteint les limites économiques de la production laitière» prévient Christophe FISCHER, seul le lait bio tire son épingle du jeu. Le secteur de la viande bovine ne va pas mieux : les cours diminuent de 20 à 30 cts par rapport à 2015. «Et le CETA (traité transatlantique, ndlr) ne devrait pas apaiser l’inquiétude des éleveurs car il présente un intérêt pour le lait, mais pas pour la viande». La production ovine est aussi en souffrance avec des prix d’achat en dessous des coûts de production. On notera des points positifs pour le marché de la volaille qui connaît une régularité des cours et pour le porc dont les prix sont en hausses depuis plusieurs mois.

Un contexte compliqué auquel s’ajoute «une gestion ubuesque de la Pac» selon Christophe FISCHER, «heureusement, le Conseil Régional a pris conscience de l’urgence en débloquant 5 millions Ä pour accompagner les agriculteurs». A propos du parc national, aucun terrain d’entente n’a encore été trouvé. Le Président de Chambre n’est pas contre le parc, mais est très attaché au respect du droit à la propriété. Il propose de faire la continuité écologique avec les 500 ha volontaires pour constituer la zone de coeur, là où l’État a décidé d’y intégrer 1500 ha. La création du parc national découle du Grenelle de l’Environnement, la France s’étant donnée un objectif de 2 % de son territoire en SCAP (Stratégie nationale de Création d’Aires Protégées). Jean-Pierre GRAULE, Directeur de la DDT a souligné la nécessité d’avoir l’adhésion du monde agricole à la création du parc.


Des résultats fragiles

«La Chambre est dépendante de ses prestations de service et nos tarifs sont stables depuis 2014» a rappelé le Directeur Stéphane Charrier. Les comptes de la Chambre d’Agriculture sont fragiles, avec un résultat initial de -118 441 Ä prévu en 2016, le résultat prévisionnel 2017 est de -156 387 . Plusieurs plans d’action sont mis en place pour revenir à l’équilibre comme la maîtrise des charges, qui se traduira par des départs à la retraite non-remplacés et par l’augmentation de la rentabilité des activités.

La régionalisation devra à terme permettre également de faire des économies, les fonctions supports vont rejoindre, courant 2017 ; la Chambre Régionale : informatique, ressources humaines et comptabilité. Les services Productions Végétales et conseil d’entreprise de l’Aube et de la Haute-Marne se sont rapprochés en mutualisant du management et des compétences. Enfin, la création de 3CE (voir Avenir Agricole n°2419 du 25 novembre 2016) cette année s’inscrit dans la même stratégie de mutualisation des expertises et de réduction des coûts de fonctionnement. «Nous allons aussi réorganiser nos activités et les développer pour mieux répondre aux marchés» ajoute Stéphane CHARRIER. A propos des comptes, le Président rassure : «il reste une petite marge de manœuvre, mais il faudra rester prudent en 2017».

Aide à la décision

Pour Thomas DECERS, data-analyst à France Conseil Elevage, le big data (masse de données collectées) aboutira à une meilleure conduite d’élevage. La captation de données en continu sur l’élevage et leur compilation selon différentes sources permet d’expérimenter et de faire un travail collectif d’analyses, donc à coûts réduits. «On aura une meilleure compréhension du passé et on prendra de meilleures décisions pour l’avenir». Le capteur remplace l’œil de l’éleveur et l’automate pallie le travail répétitif, conduisant à une diminution des besoins de main-d’œuvre qualifiée grâce aux données collectées. Tout sera connecté à un ordinateur central : la traite (robots, compteur et analyseur de lait), la reproduction (détecteur de chaleur, état d’engraissement en continu), l’alimentation (automatique) et la séparation (sélection du lait au robot). L’éleveur sera au centre d’un nouvel écosystème, il fera ses actions en fonction des données qu’il reçoit. Une vision qui pourrait venir plus tôt qu’on ne le pense : déjà 2 tiers des éleveurs ont au moins 1 capteur sur leur exploitation (DAC, détecteurs de chaleurs, de vêlages).

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 02 Décembre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui