L'Avenir Agricole et Rural 21 septembre 2017 à 08h00 | Par T.M.

Les nouveautés 2018

A la ferme de la Lucine, près de Châteauvillain, les visiteurs ont pu découvrir les dernières nouveautés Horsch, deux mois avant leur présentation au salon Agrotechnica en Allemagne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Terrano GX en version 5 m, 6 variantes de rouleaux sont disponibles.
Le Terrano GX en version 5 m, 6 variantes de rouleaux sont disponibles. - © T.M.

Contrairement à la tendance dans le secteur du machinisme agricole, le chiffre d’affaires de la société Horsch ne cesse d’augmenter pour atteindre 359 mÄ en 2017 (+18 %). Une situation que Michaël Horsch, fondateur de l’entreprise en 1984, explique par une relation de proximité avec ses clients, mais aussi grâce à une innovation constante. Pour mieux répondre à la demande, mais aussi pour compléter sa gamme, l’entreprise sort quelques nouveautés.

Le Cruiser 5/6 XL en version semi-portée est équipé de nouvelles dents double spire. L’étançon passe au-dessus du châssis pour porter la garde au sol à 700 mm permettant d’évoluer dans des résidus abondants. Avec une fixation pré-tendue à 150 kg, il permet de maintenir l’angle optimal d’attaque des socs, ainsi qu’une profondeur de travail précise. Capable de travailler le sol jusqu’à 15 cm, les dents sont réparties tous les 15 cm sur 6 rangées. Le Cruiser peut accueillir 4 types de pièces travaillantes. Selon le choix, la machine répartit les résidus et nivelle le sol après moisson, affine et prépare le lit de semence, détruit de manière mécanique les adventices ou prépare le sol en hiver.

A destination des grandes exploitations, le semoir Serto SC a une largeur de travail de 10 ou 12 m. L’absence d’outils de préparation permet de limiter les besoins en puissance et donc de réduire la consommation par hectare. Le nouvel élément semeur Horsch, monté sur parallélogramme, s’adapte aux conditions difficiles et assure la dépose des graines, même dans un lit de semences grossier. L’outil se replie rapidement en position transport à l’aide d’un simple distributeur pour atteindre 3 m de large.

Le Terrano FX a une conception modulaire en 3 ou 4 rangées de dents avec simple ou double rouleau. Il est proposé avec la dent TerraGrip, disposée sur 3 à 4 rangées avec des inter-rangs de 28,5 à 31,5 cm, selon les versions. Le porte-dent, parallèle au châssis, bénéficie d’un effort à la pointe de 550 kg. Les étançons peuvent être équipés de 4 types de socs pour s’adapter à chaque situation : du mélange intensif à l’ameublissement en profondeur.

Le combiné de semis porté Express KR avec herse rotative est maintenant proposé en version repliable 4 m. Ce semoir porté polyvalent est équipé des éléments semeurs double disque TurboDisc. La herse rotative Kredo est dotée de 14 rotors permettant la création du lit de semence, même en conditions difficiles. Afin d’assurer une répartition optimale du poids, l’Express KR est combiné avec la trémie frontale Partner FT, d’une capacité de 1 600 l. Le réglage de la profondeur de travail de la herse et du semis est simple et rapide et la vitesse de travail peut atteindre 13 km/h.

Préparer les enjeux de l’agriculture du futur

P

our le fondateur de l’entreprise Michael Horsch, «la nature veut de la diversité. Cela fait 10 ans qu’on observe de plus en plus de résistances au niveau des adventices, le conventionnel est allé un peu trop loin. Il faudra que le conventionnel et le bio se rapprochent pour trouver un chemin commun

».

Sébastien Abis, chercheur à l’IRIS a rappelé l’importance du secteur agricole au niveau mondial : un acteur du changement climatique (mais également fort impacté par celui-ci) et son rôle majeur pour nourrir la planète. La population mondiale a doublé depuis 40 ans et les déséquilibres alimentaires se multiplient. De moins en moins de pays sont capables de nourrir leur population et d’exporter : 75 % de la consommation française provient de l’étranger. Selon la FAO (Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture), il faudra augmenter la production agricole de 70 % d’ici 2050 pour nourrir la planète.

Face à ces mutations, l’enjeu de demain est de produire plus et mieux. Les plus grandes sociétés investissent dans les technologies agricoles et alimentaires (Google, Facebook, Amazon…). «Il ne faut pas parler de transformation, mais de d’optimisation des systèmes agricoles» explique Sébastien Abis. Il souligne aussi le paradoxe des consommateurs qui ont l’impression d’avoir une alimentation standardisée, alors qu’il y a de plus en plus de produits variés dans les supermarchés. «On veut un retour au naturel, mais avec plein de technologie».

 

Vous pourrez lire la suite de cet article dans notre édition du 21 septembre 2017.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2466 | octobre 2017

Dernier numéro
N° 2466 | octobre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui