L'Avenir Agricole et Rural 12 novembre 2015 à 08h00 | Par JLB

Les maladresses continuent !

La Direction du GIP continue de confondre communication et concertation. Le dernier encart publicitaire sur l’agriculture clive un peu plus le débat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les aides sont temporaires, mais les contraintes seront durables...
Les aides sont temporaires, mais les contraintes seront durables... - © T.M.

Médiateur ou conciliateur ?

Début octobre le Préfet coordonateur, Jean Paul CELET, annonçait avoir reçu un courrier de Ségolène ROYAL lui précisant en quelque sorte une nouvelle feuille de route, mais rien ne semble avancer…

Après les rencontres successives au ministère de l’environnement, la profession agricole avait obtenu de la Ministre l’engagement de principe d’une remise à plat du dossier dans le but de renforcer la concertation avec les acteurs économiques et particulièrement les agriculteurs. Entre temps, le Préfet avait préparé un projet de lettre de mission désignant Monsieur Jean Claude ROBERT, médiateur national. Son rôle était principalement de rétablir le dialogue avec un monde agricole qui avait été malmené lors de la dernière Assemblée Générale du GIP. Pendant cette médiation il était prévu que les travaux de la Commission Agriculture au sein du GIP soient suspendus. Cela ne faisait qu’entériner une situation de fait puisque les FDSEA, Jeunes Agriculteurs et Chambre d’Agriculture des deux départements avaient décidé de ne plus participer aux réunions de travail.

Aujourd’hui, les cartes semblent à nouveau rebattues avec la nomination d’un «conciliateur» dont l’identité n’est toujours pas connue. Certes, il n’y a plus de conflit ouvert, faute de rencontres, mais aucun compromis n’a pour autant été trouvé et cela relève effectivement davantage de la mission d’un conciliateur.

Depuis plus d’un mois c’est le silence radio ; aucune réunion n’a été initiée par le Préfet mais cela n’empêche pas le GIP d’avancer en continuant d’organiser des réunions thématiques et de communiquer auprès du grand public.

 

Des relations de terrain difficiles

Le législateur, en 2006, a voulu affirmer la mission de développement du territoire des parcs nationaux. Mais entre la volonté politique et la réalité de terrain, le fossé est très large et ne comble pas, bien au contraire, comme le démontre le rejet des communes du massif de la Vannoise. En effet, 27 communes sur 29 ont refusé de ratifier la nouvelle charte. Ce Parc, qui existe depuis 1963, aurait eu largement le temps de faire ses preuves auprès de la population et des collectivités locales… Quant au Parc des Cévennes, qui a été visité par un groupe d’agriculteurs haut-marnais et côte-d’oriens  début mai, le bilan n’est pas plus glorieux. Le ressenti des acteurs locaux est celui d’une pression accentuée de la réglementation et des contrôles par une vingtaine de gardes.

Vous pourrez lire la suite de cet article dans notre édition du 13 novembre 2015.

Quel bonheur ce parc national !

Les lecteurs du JHM du dimanche 8 novembre dernier ont sans nul doute lu avec attention l’encart publicitaire en faveur du Parc National.

Pour ma part, je suis surpris et déçu que des responsables d’un projet «aussi important» se livrent avec autant de légèreté à citer des chiffres qui n’ont aucun sens, car sortis de leur contexte.

Soit les auteurs de cet article cherchent à diviser la population de ce secteur ou alors à démontrer leur incompétence en matière de comptabilité et gestion des entreprises.

Pour avoir beaucoup travaillé à la Chambre d’Agriculture l’hiver dernier sur le dossier des MAE, je me sens très à l’aise pour en débattre.

Dans la programmation de la PAC 2015/2019, les MAE proposées aux agriculteurs ont pour but de compenser une perte de production engendrée par un cahier des charges très réglementé de restrictions dans les pratiques agricoles. En rien ce ne sera un revenu supplémentaire. Il ne faut pas confondre produit et résultat !

Suite de cet édito dans notre édition du 13 novembre 2015.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2397 | juin 2016

Dernier numéro
N° 2397 | juin 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui