L'Avenir Agricole et Rural 28 février 2019 à 09h00 | Par D. Daillet

Les incidences des courants telluriques en élevage

L’électricité est tellement indissociable des activités humaines que l’on finit par en oublier sa nature et les multiples technologies mises en œuvre pour en rendre l’usage si simple et si machinal. Mais, si bénéfique soit-elle, l’électricité nécessite des précautions d’usage pour en éviter les dangers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les courants électriques parasites suscitent de nombreuses interrogations.
Les courants électriques parasites suscitent de nombreuses interrogations. - © Terre-net Média

Lors de son Assemblée Générale le 15 mars à la salle des fêtes de Chamarande le GDS de Haute Marne souhaite informer les éleveurs du département des incidences et conséquences en élevage des courants telluriques.
Toutefois, si un phénomène électrique parasite peut, en théorie, être à l’origine d’un problème sanitaire, il en demeure cependant l’une des causes les moins probables. C’est pourquoi, lorsqu’une pathologie ou une situation anormale se manifeste dans l’exploitation, l’éleveur doit, en premier lieu, faire appel à un spécialiste de la santé animale. Seul le diagnostic vétérinaire permettra d’identifier rapidement et sûrement les facteurs de risque, selon la nature des troubles constatés.
Quelques rappels sur la nature de l’électricité et les différentes grandeurs qui la caractérisent, introduisent la description des divers phénomènes électriques parasites. Leurs effets éventuels sur les animaux, les seuils de sensibilité et de perturbation sont ensuite abordés.

L’élevage : lieu amplificateur des phénomènes électriques parasites

Dans le cadre des exploitations d’élevage, de nombreux équipements électriques et électroniques couplés aux structures et matériels métalliques, aux clôtures sont des facteurs favorisant à l’apparition des phénomènes électriques parasites qui peuvent générer de graves problèmes en élevage….

Les courants électriques parasites suscitent de nombreuses interrogations. Face à ces phénomènes, les éleveurs laitiers ou allaitants se retrouvent parfois démunis et éprouvent des difficultés à identifier des solutions. Les courants électriques parasites (aussi appelés «courants vagabonds») sont des courants électriques dont la circulation n’est ni souhaitée, ni maîtrisée. Ces courants sont sources d’inconfort et même de stress pour l’animal, et par conséquent pour l’éleveur. Les courants parasites présents en élevage ont deux origines :
- Une origine interne à l’élevage, liée aux nombreux équipements électriques et électroniques, structures et matériels métalliques présents sur l’exploitation. Un dysfonctionnement des installations électriques et/ou des équipements de l’exploitation est souvent en cause (défaut de mise à la terre, absence de liaisons équipotentielles). Les intempéries, l’humidité, les poussières, les chocs et la corrosion (notamment par les lisiers, aliments et engrais) accélèrent leur dégradation et augmentent les risques d’incidents d’origine électrique.
- Une origine externe à l’élevage, liée aux équipements et réseaux électriques proches de l’exploitation agricole.

Les manifestations des courants parasites : synonyme de baisse de production

Les courants parasites ne causent pas directement de maladies chez les animaux. Ils peuvent cependant provoquer de l’inconfort qui, dans certains cas, est cause de stress. Lorsque plusieurs facteurs de risques de natures différentes se manifestent simultanément au sein de l’élevage, les animaux peuvent se retrouver dans un état de stress qui, à la longue, peut amoindrir les défenses immunitaires.
Ces courants sont souvent imperceptibles par l’homme, mais ressentis par les bovins, dont le museau et les pattes, en général humides, sont très conducteurs……par exemple la salle de traite, les abreuvoirs….Selon le contexte d’apparition, le comportement des bovins peut varier.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 1er mars 2019.

Les règles de base d’une bonne installation électrique : évident mais….

La Phase : c’est un fil qui amène le courant en un endroit donné, son voltage peut varier en fonction des besoins….
Le neutre : c’est le fil qui retourne le courant au réseau de distribution et permet au courant de circuler dans les appareils…
La terre : elle est obligatoire et associée à un disjoncteur différentiel, c’est un élément primordial de la sécurité….
La masse : c’est l’ensemble des parties métalliques des différents appareils électriques qui doivent être impérativement reliées à la terre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2539 |  0000

Dernier numéro
N° 2539 | 0000

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui