L'Avenir Agricole et Rural 30 mars 2017 à 08h00 | Par D. Coueffé

Les différentes façons d’être résilient en élevage laitier

Dans les précédents numéros de ce journal, nous vous avons fait part de 4 témoignages d’éleveurs qui ont bien voulu nous livrer leur façon de résister à la crise laitière actuelle. Qu’ils en soient ici remerciés. Nous avions choisi ces élevages parce qu’ils correspondaient selon nous à la notion de résilience définie dans un précédent article comme «la capacité à encaisser les chocs et à revenir sur une trajectoire de stabilité et de croissance».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Limiter ses annuités pour être résilient…
Limiter ses annuités pour être résilient… - © D.C.

Même si cette notion de résilience ne renvoie pas uniquement à des aspects économiques, c’est cependant d’abord le maintien d’un bon revenu moyen sur les 6 dernières années (2010 à 2015) qui avait guidé nos choix. Ce bon revenu moyen pouvant être le résultat de revenus annuels assez stables dans le temps sans que l’éleveur soit amené à modifier ses pratiques (on parle alors de robustesse) ; ou d’un enchaînement, au gré des conjonctures, de bons et de moins bons revenus avec mise en ½uvre de leviers correctifs pour atténuer l’ampleur des variations (on parle de flexibilité).

Les déterminants principaux de la résilience des exploitations laitières

Dans notre analyse nous en avons retenu 5 qui sont les principales composantes du revenu des éleveurs laitiers :

- La productivité du travail mesurée ici par le lait produit par travailleur de l’atelier laitier

- Le prix du lait payé au producteur

- Les aides par travailleur (exploitant et salarié)

- L’efficacité économique du système mesurée par le ratio (Excédent Brut d’Exploitation  + charges salariales) / Produit Brut

- La maîtrise des annuités mesurée au travers du rapport des annuités LMT sur le produit brut de l’exploitation.

Les 4 élevages retenus représentent la diversité des systèmes laitiers présents sur notre région Grand Est avec :

L’exploitation 1, dans les crêtes pré-ardennaises, est résolument tournée vers l’élevage dans une zone à bon potentiel fourrager peu sensible aux sécheresses estivales. L’activité laitière est complétée par un troupeau allaitant conduit en système naisseur et élève également des b½ufs issus du cheptel laitier afin de bien valoriser les surfaces en herbe.

L’exploitation 2, située dans le nord de la Meurthe et Moselle, sur des terres très argileuses est spécialisée en production laitière. Elle a fait le choix de produire uniquement à l’herbe avec un troupeau de race Pie Rouge des Plaines.

L’exploitation 3, en vallée de la Meuse, a depuis le début privilégié un fonctionnement économe et autonome qui l’a naturellement conduit en 2009 à une conversion vers l’agriculture biologique. L’atelier laitier est diversifié avec une production de b½ufs à l’herbe. Les céréales et protéagineux sont en partie valorisés par les animaux.

L’exploitation 4, relève d’une zone à bon potentiel dans le Pays Haut Meurthe et Mosellan. L’exploitation repose sur deux ateliers  (le lait et les cultures de vente), tous deux conduits sur un mode intensif.

Les 4 exploitations laitières ont choisi des stratégies différentes pour dégager durablement de bons revenus.

Les exploitations 1 et 4 ont misé sur la voie volume avec l’intensification des facteurs de production. Elles recherchent notamment une forte productivité du travail, des rendements élevés au niveau des surfaces et des animaux.

L’élevage 2 a choisi la voie autonome avec le choix de produire du lait uniquement à partir d’herbe, en misant sur l’utilisation maximale du pâturage et sur des ensilages d’herbe précoces d’excellente qualité. De cette façon, les éleveurs réalisent de substantielles économies de concentrés.

Enfin l’élevage 3, après avoir privilégié un fonctionnement économe puis la recherche d’autonomie, s’est orienté vers l’Agriculture Biologique qui a permis aux éleveurs, sans grands changements techniques, d’accéder à la valeur ajoutée AB.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2462 | septembre 2017

Dernier numéro
N° 2462 | septembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui