L'Avenir Agricole et Rural 22 avril 2021 a 10h00 | Par E. AUBRY

Les Cuma achètent des faucheuses

Entre changements de système fourrager, évolution du climat et opportunités d’aides aux investissements du PCAE, les Cuma ont remis à jour leur parc de faucheuses ces dernières années. Les gammes ont évolué vers le haut avec de multiples choix possibles : petit tour d’horizon.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Les gammes de faucheuses évoluent constamment avec des adaptations techniques nombreuses.

Kuhn joue à domicile
Le constat est clair, sur le parc de 312 faucheuses achetées neuves, Kuhn représente 46 % des ventes. Derrière, quatre autres marques se partagent le reste du marché : Claas, John Deere, Krone et Pottinger.

A noter que dans les achats de moins de cinq ans, Kuhn perd quelques ventes au profit de Claas et Krone, notamment sur les groupes de fauche triples.
Une faucheuse de Cuma s’achète neuve et se renouvelle assez régulièrement. Près de 55 % du parc sont âgés de moins de 5 ans. Les ensembles intégrant un modèle frontal sont les plus récents.

Sur le segment des faucheuses traînées, qui représente 41 % des machines, Kuhn représente 45 % des ventes avec des modèles 3 m et plutôt 3,5 m dans les achats récents. L’option timon central fait augmenter les prix, mais s’impose peu à peu pour son aspect pratique et son adaptation à divers chantiers.

Pour ceux qui souhaitent conditionner, les prix d’achat sont nettement plus élevés allant de 52.500 à 80.000 € (66.300 € en moyenne). Alors que des modèles simples vont jusqu’à 9,5 voire 11 m, les ensembles avec conditionneurs sont souvent de 8,5 à 9,2 m de large. Majoritairement les 11 ensembles en parc sont équipés en conditionneurs fléaux et certains ont des systèmes de rapprochement d’andains hydrauliques modulables qui rehaussent le prix d’environ 12.000 à 15.000 €.

On va retrouver ces machines dans des groupes réalisant des ensilages d’herbe plus du foin ou en lien avec des méthaniseurs. La puissance nécessaire est plus importante, avec 180 à 200 cv sur 9 m, ce qui peut constituer une activité intéressante pour valoriser un gros tracteur collectif en période printanière, avec des performances de chantier élevées.
Même si des appréhensions existaient avant l’achat, les avis des Cuma sont plutôt clairs "c’est efficace et nous ne reviendrions pas en arrière".

Faites vos choix ...

Avant, c’était porté ou trainé, après on a ajouté le frontal et aujourd’hui les ensembles 3 éléments. La grille de choix devient plus large et on s’y perd un peu. Petit résumé en regardant de plus près les valeurs d’achat moyenne des cinq dernières années dans la classe de largeur la plus vendue: 3,2 m.

Faucher sur environ 6 m de large représente un investissement de 22.500 à plus de 45 000 € selon le type et la fonction de la machine. Finalement on se rend compte que l’on peut faucher 9 m en modèle simple pour "à peine plus cher" que 6 m en conditionneuse frontale et portée arrière.

Le choix n’est pas toujours simple en collectif et cela peut, dans certains groupes, aboutir à des compromis avec deux solutions distinctes du genre : ensemble porté 9 m sans conditionneurs + une faucheuse conditionneuse portée 3,2 m.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2652 | mai 2021

Dernier numéro
N° 2652 | mai 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous