L'Avenir Agricole et Rural 24 décembre 2020 a 08h00 | Par TM

Les aides départementales pour la sécheresse 2020 sont doublées

Les présidents de la Région et du Département ont visité l’EARL des Luparias, ainsi que l’abattoir de Chaumont. Le Conseil départemental a présenté un nouveau dispositif d’aides à la sécheresse.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Lors de la visite de l’abattoir, les représentants politiques et agricoles ont montré leur souhait de maintenir un outil de proximité.
Lors de la visite de l’abattoir, les représentants politiques et agricoles ont montré leur souhait de maintenir un outil de proximité. - © TM

Jean Rottner, Président du Conseil Régional et Nicolas Lacroix, Président du Conseil départemental se sont retrouvés le 16 décembre à Mareilles à l’EARL des Luparias accompagnés par la Chambre d’agriculture et les syndicats agricoles de Haute-Marne. Une rencontre qui a eu lieu sur l’exploitation de Romain Graillot, très actif dans le projet du nouvel abattoir départemental.

Un impact économique important
En faisant visiter sa ferme, une exploitation de 240 ha avec un atelier bovins lait et un atelier bovins viande, Romain Graillot a expliqué comment il a converti sa production en agriculture biologique et les difficultés rencontrées à cause de la sécheresse. « C’est très compliqué car les années de sécheresse se suivent. Même si on avait anticipé en semant beaucoup plus d’herbe quand on est passé en bio en 2018, on va être obligé d’acheter du fourrage ». L’éleveur estime le manque de fourrage à 10 %, soit un coût d’achat de 10 000 € pour pouvoir nourrir ses animaux.

Pour les éleveurs et les céréaliers
Le Conseil Départemental n’ayant plus la compétence pour aider financièrement les agriculteurs, une convention est signée depuis deux ans avec la Région pour qu’il puisse déployer une aide à la sécheresse. « Si nous n’avions pas une entente forte entre la Région et le Département nous ne pourrions pas lancer un plan de soutien pour la sécheresse pour la troisième année consécutive » explique Nicolas Lacroix qui rappelle que les deux instances « partagent la même vision de l’agriculture ». Il souligne que « l’accumulation des sécheresses entraine une accélération des difficultés » avec « de plus en plus d’agriculteurs bénéficiaires du RSA ( Revenu de Solidarité Active) ».

Nicolas Lacroix a annoncé un doublement des aides à la sécheresse, soit une enveloppe de 1,3 millions d’euros €. L’aide en faveur des élevages bovins, ovins et caprins reste identique aux années précédentes, basée sur le nombre d’UGB. Les céréaliers, également victimes de la sécheresse, ne sont pas oubliés.

Une bonne dynamique
« Les abattoirs aident à la relocalisation. La polyculture élevage doit pouvoir s’appuyer sur des outils de proximité, sinon les jeunes ne seront plus au rendez-vous » explique Jean Rottner qui indique que « la Région saura venir au bon moment aux côtés de cette installation ». Du côté de la FDSEA, Sébastien Riottot est « satisfait de la dynamique politique qu’il y a derrière cet abattoir. Il y a la Région, le Département, la commune et l’agglomération de Chaumont, tout le monde va dans le même sens et c’est assez rare pour être souligné dans le monde agricole. Il y a cette volonté politique d’avancer sur un projet fédérateur et structurant sur un département qui en a besoin ».

L’abattoir actuel a 60 ans. En faisant visiter les lieux, le directeur Jean-jacques Bailly explique que « cet abattoir est trop grand, trop vieux, c’est l’énergie de mes prédécesseurs qui a permis de continuer l’activité. On l’a réaménagé et fait beaucoup de travaux depuis deux ans. L’outil est tout à fait en état de continuer pour les deux ans et demi qu’il lui reste ». Les chiffres sont encourageants. « On était à moins de 700 t de viande en 2019 et cette année on sera à 800 t. On espère atteindre 900 t d’ici deux ans » déclare le directeur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2648 | avril 2021

Dernier numéro
N° 2648 | avril 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous