L'Avenir Agricole et Rural 13 novembre 2020 à 09h00 | Par E. BERRET - FRSEA GE

Les agricultrices échangent grâce aux nouvelles technologies

Les conditions sanitaires n’ont pas empêché les représentantes de la commission des agricultrices de la FRSEA Grand Est d’honorer le rendez-vous qu’elles s’étaient fixé le 22 octobre, sur le salon AGRIMAX, pour rencontrer leurs homologues belges.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De haut en, bas, de g. à d. : Jacqueline Cottier, présidente CNA, Christine Maillet (Marne), Laurence Rogé (Meuse), Denise Bassompierre (Moselle), Emmanuelle Berret (référente commission régionale FRSEA), Emilie Boulanger (présidente commission régionale FRSEA et départementale Meuse) et Johanna Rogé (animatrice commission départementale 55).
De haut en, bas, de g. à d. : Jacqueline Cottier, présidente CNA, Christine Maillet (Marne), Laurence Rogé (Meuse), Denise Bassompierre (Moselle), Emmanuelle Berret (référente commission régionale FRSEA), Emilie Boulanger (présidente commission régionale FRSEA et départementale Meuse) et Johanna Rogé (animatrice commission départementale 55). - © M. Wachs

A l’heure des négociations européennes autour de la future PAC, les échanges avec les pays frontaliers sont plus que jamais d’actualité. Même si les voisines wallonnes n’ont pas franchi la frontière compte-tenu des conditions sanitaires, les échanges ont pu s’établir en visioconférence.
Jacqueline Cottier, la présidente de la Commission Nationale des Agricultrices et Emilie Boulanger, la présidente régionale, entourée des représentantes départementales, ont ainsi animé cette rencontre avec Geneviève Ligny, la présidente nationale de l’Union des agricultrices Wallonnes et Myriam Lambillon, coordinatrice.

Enjeux agricoles pas opposés
Si les territoires belge et français se différencient notamment par la typologie géographique ou encore par la densité de l’espace rural (la pression foncière est très forte en Belgique), les enjeux agricoles n’en sont pas pour autant complètement opposés.

Informer et former

Le syndicat belge, au-delà de sa mission d’organisation patronale, a également un statut reconnu « d ’éducation permanente ». A ce titre, il remplit un rôle majeur d’information et de formation, tant sur les questions techniques que transversales. Les représentantes belges soulignent l’importance de se former. Durant la période de pandémie, elles reconnaissent la nécessité de maîtriser les outils numériques, malgré les freins existants, parfois liés à l’âge ou encore à une couverture internet encore hétérogène en milieu rural. Au-delà de permettre le maintien du lien social, les réseaux sociaux notamment sont un formidable outil de communication positive.

Où sont les femmes ?
La question de la légitimité des femmes se pose différemment de l’autre côté de la frontière. Au-delà du statut d’agricultrice, il existe le statut de « femme rurale » (en sections locales). La femme rurale participe aux enjeux sociaux tels que l’éducation, la santé, l’alimentation.

Vous pourrez retrouver l'intégralité de cet article dans notre édition du 13 Novembre 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2629 | décembre 2020

Dernier numéro
N° 2629 | décembre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    13-11-2020 | L'Avenir Agricole et Rural

    Contacts

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui