L'Avenir Agricole et Rural 25 octobre 2018 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Le volet économique interroge

Réuni en assemblée générale le 18 octobre à Chaumont, le conseil d’administration du GIP a validé le nom du parc national et exposé les projets économiques. Mais pour la FDSEA, cela coûtera de l’argent aux élus locaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Près de 10 ans après, le projet du futur parc national divise toujours.
Près de 10 ans après, le projet du futur parc national divise toujours. - © GIP

Le 11ème parc national français s’appellera « parc national de forêts en Champagne et Bourgogne », c’est la dénomination retenue par le conseil d’administration du GIP. Son président, Marcel Julien de la Gravière a annoncé que le décret officialisant sa création est prévu pour octobre 2019.

Début de l’enquête publique
Madame le Préfet de la Haute-Marne Françoise Souliman rencontrera son homologue de Côte d’Or au mois de novembre afin de travailler sur l’installation de la « Maison du parc », le siège de gouvernance. D’après Françoise Souliman, le conseil d’administration de gouvernance du parc national sera composé d’une cinquantaine de personnes : élus, personnes publiques, services de l’État, agriculteurs, forestiers, chasseurs… avec une représentation paritaire entre haut-marnais et côte d’oriens.

L’enquête publique se déroulera du 12 novembre au 12 décembre 2018 sur le territoire du futur parc national. Ainsi, les habitants peuvent apporter des propositions pour améliorer le projet. 7 commissaires enquêteurs se déplaceront dans l’ensemble des communes du futur parc et tiendront des permanences dans 26 communes. Il sera également possible de s’exprimer via un registre en ligne sur les sites internet des Préfectures de la Haute-Marne et de la Côte d’Or. Les commissaires rendront leur rapport début janvier pour une prise en compte par le GIP en mars.

Développer le tourisme
Le GIP a reçu 49 projets. La plupart des dossiers concernent le tourisme, la filière bois, la culture, l’économie sociale et solidaire. Des projets agricoles ont aussi été enregistrés, ils concernent le développement de l’agritourisme, l’agriculture biologique et la méthanisation.

Certaines communes ont été désignées pour développer leur attrait touristique comme Châteauvillain, Arc-en-Barrois, Rolampont et Saint-Loup-sur-Aujon. Et des sites identifiés pour leur potentiel touristique : l’abbaye d’Auberive, le Mémorial Charles de Gaulle, le moulin de la Fleuristerie à Orges...

Pour davantage développer le réseau touristique, une aire de repos sur l’A31 sera dédiée au parc national entre Flagey et Perrogney. Les chasseurs ont un projet pour restaurer « les habitats naturels favorables à la petite faune sauvage ». Enfin, la reconnaissance de « la qualité exceptionnelle du ciel nocturne » au niveau national est attendue.

« On a fait de l’écologie en oubliant l’économie »
Lors d’un point presse en Préfecture le 11 octobre, Françoise Souliman a été interrogée sur les oppositions au parc, encore vives. Elle affirme que les Fédérations de chasse de Haute-Marne et de Côte d’Or ont obtenu satisfaction. Mais du côté des agriculteurs, les deux FDSEA ont manifesté leur opposition à la charte du parc. Elles étaient favorables au projet initial de 2009, mais il a depuis été modifié sans tenir compte de leurs revendications. Les syndicats craignent une réglementation environnementale trop lourde et regrettent l’absence d’ambition économique. Sur ce dernier point, Françoise Souliman a admis que « l’économie est le volet le plus faible du parc, il est vrai qu’on a fait de l’écologie en oubliant l’économie.
Nous avons un an pour travailler le projet économique ».

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 26 Octobre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui