L'Avenir Agricole et Rural 25 février 2016 à 08h00 | Par T. Morillon

Le veau valorisé en circuit court

Souhaitant valoriser les produits du terroir dans leur magasin de Chaumont, des chefs bouchers de chez Leclerc sont venus visiter l’EARL Limousin à Rozières le 16 février. Une rencontre organisée par l’APAL qui recherche des producteurs de veaux élevés sous la mère.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Leclerc Chaumont veut proposer à ses clients des produits locaux de qualité.
Leclerc Chaumont veut proposer à ses clients des produits locaux de qualité. - © T.M.

Elevage

L’Association de Production Animale de L’Est développe la production de veaux élevés sous la mère. Avoir une viande locale de qualité permet de trouver des débouchés et de la vendre à un prix supérieur par rapport à la production de broutards ou d’animaux engraissés. «On duplique en Champagne-Ardenne ce qu’on a mis en place en Lorraine et en Alsace» explique Stéphane Peultier, président de l’APAL. «On veut faire changer les pratiques de nos adhérents, il y a de la demande en veaux rosés, la filière est en plein développement. Nous fournissons un accompagnement technique aux éleveurs qui souhaitent s’inscrire dans la démarche». En effet, l’éleveur doit modifier ses pratiques, ses habitudes et la gestion de son troupeau.

Un cahier des charges précis

Geoffrey GERARD et Patrick GEOFFRIN sont les 2 associés de l’EARL Limousin, à Rozières. Geoffrey a repris l’exploitation laitière de ses parents, il a transformé le quota laitier en prime de vaches allaitantes. Aujourd’hui, la ferme compte 80 Limousines pour 430 ha de surface. Les animaux sont uniquement nourris avec de l’herbe, du maïs grain entier et du tourteau de colza. L’ensilage n’est pas utilisé, c’est le cas aussi de la luzerne qui colore trop la viande. Avant le passage à l’abattoir, une prise de sang est effectuée pour vérifier le taux d’hémoglobine, une façon de savoir la couleur qu’aura la viande. Le poids est également vérifié, l’état d’engraissement doit être suffisant pour que la viande ait un peu de graisse. Ces 2 critères détermineront le prix d’achat : entre 4,50 et 8,20 e/kg carc. plus le veau sera léger avec une chair rosée claire, plus son prix sera élevé.

Le veau est vendu à moins de 6 mois, il doit être d’une race à viande (ou issu d’un croisement de races à viande) pour un poids inférieur à 160 kg de carcasse, soit environ 250 kg vifs. La couleur de la chair ne doit pas trop tirer vers le rouge, seules les viandes rosées ou rosées claires seront sélectionnées. L’APAL s’occupe également de la communication : une affiche est fournie avec chaque veau, on peut y voir un logo rappelant l’origine locale de la viande, le nom du lieu de production, une photo de l’éleveur et du cheptel.

Réunir les acteurs

Les chefs bouchers de Leclerc Chaumont sont venus pour découvrir l’exploitation, les conditions d’élevage et faire connaissance avec les fermiers pour qu’ils s’approprient le projet. Une bonne connaissance du produit permet de mieux le mettre en valeur auprès de la clientèle. Ainsi, le circuit court est identifié par tous les acteurs, l’APAL fait le lien entre l’adhérent et le point de vente, l’association s’occupe de l’organisation et de la planification. Elle est attentive à la bonne santé des animaux et à leur bien-être, privilégiant le logement sur paille et la mise à l’herbe, avec une consommation réduite en fourrage et en concentrés.

Les bouchers ont apprécié la visite de la ferme, notamment la bienveillance des éleveurs envers leurs bêtes et le goût prononcé d’une viande de veau élevé sous la mère. «L’objectif du magasin est d’avoir de la proximité avec les produits du terroir, c’est notre politique de mettre en avant les produits locaux» indique l’un des chefs bouchers. Ces derniers envisagent de prendre 1 veau par semaine pour le magasin, voire davantage par la suite. Les bêtes seront tuées à l’abattoir de Chaumont, de ce fait, la filière reste complètement locale, du producteur au distributeur.

Pour tous renseignements, vous pouvez contacter :

Aline Barrois de l’APAL

au 06 86 17 52 96.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2398 | juin 2016

Dernier numéro
N° 2398 | juin 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui