L'Avenir Agricole et Rural 13 avril 2017 à 08h00 | Par Thibaut Morillon

Le terroir récompensé

La 3ème édition des Talents Gourmands a tenu toutes ses promesses, ce concours récompense les agriculteurs, restaurateurs et artisans qui mettent en valeur leur terroir. Sur les 57 candidats, 9 ont accédé à la finale le 3 avril chez le Chef étoilé et Président du jury Jean-Baptiste Natali à Colombey-les-Deux-Eglises.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les neufs candidats finalistes avec le jury et les membres du Crédit Agricole Champagne Bourgogne.
Les neufs candidats finalistes avec le jury et les membres du Crédit Agricole Champagne Bourgogne. - © T.M.

Catégorie Agriculteurs

Organisé par Bottin Gourmand et le Crédit Agricole Champagne-Bourgogne sur 4 départements, ce concours culinaire récompense des professionnels qui, « du champ à l’assiette », font rayonner les richesses de leur terroir.

Sébastien Menassol (La Montagne au Safran), est arrivé en tête. Il est producteur de safran à Leuchey (52) depuis 2015, il choisit la vente directe afin de conter l’histoire, la production et l’utilisation du safran. Son travail a également été récompensé au Salon de l’Agriculture 2017, puisque son safran récolte une médaille d’argent.

« De formation agro-environnementale, je me suis essayé à planter cette plante suite à la découverte d’une recette de lapin au safran. Etant tombé sous le charme de cette fleur, je voulais en faire mon métier tout en produisant de manière durable et en respectant la nature. J’ai appris de façon autodidacte à le cultiver, le cuisiner et l’utiliser dans divers domaines. La production de safran en Champagne-Bourgogne est tout à fait naturelle, cette épice raffole des sols argilo calcaires et cette épice était produite à plus de 20 tonnes en France avant 1 789. Nous produisons du safran et ses produits dérivés sur une parcelle de 42 ares, qui tend à augmenter dans les années futures. Nous travaillons de façon familiale et nous proposons nos produits directement au consommateur sur les marchés artisanaux et à la ferme. Etant producteur d’épices, d’aromates et de plantes médicinales sans produits chimiques, notre parcelle nous permet de réaliser des sirops, bonbons ou gelée de plantes sauvages (coquelicot, bleuet, pensée...)».

Catégorie Artisans des métiers de bouche

Elise Bazzana (Liqueurs Joannet Jean-Baptiste) a obtenu les faveurs du jury. L’entreprise de Côte d’Or produit des fruits (en agriculture raisonnée) et est aussi transformateur de cassis (100 % variété Noir de Bourgogne). Elle est régulièrement récompensée au Concours Général Agricole.

« Ma famille est installée au Cœur de la Bourgogne, à Arcenant qui est réputé pour la culture des petits fruits rouges. Nous fabriquons de manière artisanale des liqueurs et crèmes avec des fruits de nos champs. Mon grand-père Jean-Baptiste Joannet était producteur de fruits qu’il vendait. Suite à des aléas climatiques et économiques, il lance l’activité de liquoriste en 1978. Je travaille depuis 2015 avec ma mère dans l’entreprise familiale qui est 100 % féminine. Elle me transmet son savoir-faire au quotidien car il n’existe pas de formation spécifique. Notre exploitation comprend 12 ha de champs dont la moitié est cultivée en cassis. Nous transformons nos fruits en crème de cassis, liqueurs et confitures. Notre clientèle est constituée de particuliers qui se déplacent jusqu’à Arcenant ».

Catégorie restaurateurs

Nicolas Arnold (L’Auberge des Tilleuls à Messigny et Vantoux en Côte d’Or) arrive en première position. Il travaille avec des producteurs et artisans de la région.

« Nous avons repris un restaurant il y a moins d’un an, ma conjointe et moi-même dirigeons une équipe de 4 personnes. Il s’agit d’un restaurant traditionnel pouvant accueillir 60 couverts. Nous venons de recevoir une distinction du groupe Michelin, à savoir un BIB gourmand. Nous favorisons les produits frais et de qualité, tout est fait maison jusqu’au petit financier avec le café. La plupart de nos plats sont proposés en cocotte, ce qui permet à la clientèle de se servir comme à la maison. Notre carte est changée tous les 2 mois pour être en accord avec les produits de saison ».

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 14 Avril 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2469 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2469 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui