L'Avenir Agricole et Rural 10 août 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Le stage de parrainage et le contrat de génération sur les exploitations : deux outils au service de l’installation/transmission

Tant pour le cédant que pour le futur installé, il n’est pas toujours aisé de s’assurer que la transmission et l’installation se réaliseront dans de bonnes conditions, et ce, du jour au lendemain. C’est pourquoi, une phase « test » est conseillée avant la cession définitive.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © REUSSIR

Dans le cadre de l’AITA (l’accompagnement à l’installation et à la transmission en agriculture), deux dispositifs existent afin de favoriser la reprise d’une exploitation ou l’association en structure sociétaire : le stage de parrainage et le contrat de génération.

 

Le stage de parrainage : un outil accompagné financièrement par la région Grand Est

Le stage de parrainage a pour objectif de fournir au candidat à l’installation une formation pratique sur la conduite d’une exploitation agricole à reprendre ou sur laquelle s’associer et à tester son intégration au sein de celle-ci. Ainsi, le candidat pourra venir par la suite en remplacement d’un exploitant ou d’un associé qui cessera son activité ou intégrer une société en tant qu’associé supplémentaire dans le cadre d’une transformation ou d’un développement d’exploitation.

Une convention est définie entre le stagiaire, l’exploitant agricole accueillant le stagiaire et le centre de formation qui encadre ce stage qui ne peut d’être d’une durée inférieure à 3 mois. Le montant de l’aide versé par la région Grand Est sur 12 mois maximum est fonction de la situation antérieure du candidat. Elle varie entre 310 et 708 euros par mois. L’exploitant peut verser un complément de rémunération au stagiaire.

Pour bénéficier de l’aide, le candidat à l’installation doit répondre à ces critères : être âgé de moins de 51 ans, détenir la capacité professionnelle agricole, avoir un projet d’installation hors cadre familial, avoir un lien de famille supérieur au 3ème degré avec le cédant, avoir réalisé un plan de professionnalisation personnalisé et ne pas bénéficier d’une indemnité Pôle emploi (ou d’une autre indemnité de formation).

 

Retrouvez la suite de notre article dans notre édition papier de cette semaine page 07
Bonne lecture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2466 | octobre 2017

Dernier numéro
N° 2466 | octobre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui