L'Avenir Agricole et Rural 06 février 2020 à 09h00 | Par T.M.

Le nouvel abattoir se concrétise

En prolongement de l'assemblée générale de Promoviande 52 le 15 janvier, le projet du futur abattoir à été présenté. Façonné pour coller à la demande du territoire, son ouverture est prévue début 2023.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les éleveurs se mobilisent pour garder un outil de proximité.
Les éleveurs se mobilisent pour garder un outil de proximité. - © TM

L'actuel abattoir départemental est « un outil fragilisé » selon les mots de son directeur Jean-Jacques Bailly. Ouvert en 1958, il est aujourd'hui en surcapacité industrielle. Non seulement il ne répond plus aux normes (industrielles, environnementales, sociétales et sanitaires), mais en plus la société d'abattage est en redressement judiciaire avec une dette sur une dizaine d'années. « Il est capital de faire tenir l'abattoir actuel jusqu'à la mise en service du nouvel outil », rappelle Jean-Jacques Bailly,  « Nous comptons énormément sur la mise en place du nouvel atelier découpe. Nous sommes en mesure de proposer un outil réglementaire avec une équipe compétente ». L'enjeu est économique, car l'abattoir doit faire du volume pour tenir jusqu'à la mise en place du nouvel outil.

L'abattoir actuel affiche 700 t d'abattage en 2019. C'est un outil important pour les filières locales : 300 éleveurs l'utilisent pour des abattages familiaux, 30 éleveurs en circuits courts, une dizaine de boucheries et quelques GMS. La profession agricole, qui bénéficie du soutien de la Chambre d'agriculture, veut un outil de proximité qui corresponde à la filière,

Multi - espèces

Le nouvel abattoir, d'un coût estimé à 3,2 millions d'euros, se situera sur la zone Plein'Est à Chaumont. Il pourra abattre des bovins, des veaux, des ovins et des porcs. Pour les besoins de la vente directe, il possèdera un atelier de découpe et de conditionnement pour faire du sous vide, du surgelé et des colis. Élément indispensable pour répondre à la demande des consommateurs, un atelier de fabrication de steaks hachés sera présent. Il est prévu entre 7 et 8 salariés à temps plein pour faire tourner l'outil.
Un abattoir doit avoir du volume et de la régularité. Mais le volet commercial manque encore. Or c'est un élément incontournable. Par exemple le lycée agricole de Choignes et le lycée horticole de Fayl-Billot se fournissaient auprès de Viandes 52 qui s'occupait de la commercialisation. « La fin de Viandes 52 nous a obligés à arrêter de nous fournir en viande locale », indique Yann Sorel, directeur des deux établissements scolaires.

Mettre en valeur  nos productions

Engagés dans le projet, le Département et la ville de Chaumont souhaitent travailler ensemble. Pour Nicolas Lacroix, président du Conseil départemental, « le nouvel abattoir est un équipement dont les collectivités ont besoin » et qui servira à «mettre en valeur nos productions».

Il souhaiterait travailler sur l'image du territoire, en mettant en avant des animaux « nés, élevés, abattus et commercialisés sur le département ». Il a rappelé la nécessité de ne pas fermer l'abattoir actuel tant que le nouvel outil n'est pas fonctionnel. Une fermeture anticipée ferait perdre la clientèle qu'il serait difficile à aller rechercher.

Un avis partagé par la maire de Chaumont Christine Guillemy, pour qui un abattoir de proximité sur le territoire permettra de « développer l'image de la Haute-Marne ».

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 07 Février 2020

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2593 | mars 2020

Dernier numéro
N° 2593 | mars 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    05-03-2020 | L'Avenir Agricole et Rural

    Prédation

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui