L'Avenir Agricole et Rural 02 novembre 2017 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Le Montsaugeonnais renaît de ses cendres

Après l’incendie qui a causé la perte de 60 % de son stock l’année dernière, le Muid-Montsaugeonnais est reparti de l’avant en rénovant ses locaux à Vaux-sous-Aubigny et en réaménageant ses chais. L’inauguration a eu lieu le week-end dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le président de Muid-Monsaugeonnais SA, Christian Schenck et le vigneron de l’exploitation, Dominique Bernard. (© T.M.)  © T.M.  © T.M.  © T.M.  © T.M.  © T.M.  © T.M.  © T.M.  © T.M.  © T.M.  © T.M.  © T.M.  © T.M.  © T.M.  © T.M.  © T.M.

Redonner vie au terroir

L’histoire du Muid-Montsaugeonnais ne date pas d’hier, la présence de la vigne sur les coteaux d’Aubigny remonte au IXe siècle. Elle perdura 1 000 ans, mais les vignerons s’étant mal reconvertis à la technique des vins de garde, la révolution des transports et le phylloxéra mirent fin à ce terroir.

Mais en 1988, 5 agriculteurs décident de faire renaître ce terroir. L’Association pour le Renouveau du Vignoble En Montsaugeonnais (ARVEM) est alors créée. Elle met en place une structure juridique propre à la mise en œuvre du projet : une EARL agricole qui sollicite les droits de plantation et une société anonyme qui collecte les capitaux pour financer l’opération. 10 ha de vignes sont replantés à Vaux-sous-Aubigny, Montsaugeon et Rivière-les-Fosses en 1989, puis 2 ha à Chatoillenot en 1995. Dans le même temps la confrérie de l’Ordre des Chevaliers du Montsaugeonnais est également créée afin de promouvoir et maintenir le vignoble. Isabelle et Dominique Bernard sont les vignerons qui ont la tâche de relever cet immense défi. Grâce à leur savoir-faire ils ont su donner une véritable identité au vignoble.

Aujourd’hui les 13 ha de vignes permettent d’élaborer 100 000 bouteilles de Montsaugeonnais par an. Les différents cépages que sont le chardonnay, le pinot noir, l’Auxerrois et le gamay permettent à l’exploitation de proposer des vins variés. Certains vins sont même élevés en fût de chêne et les clients peuvent même acheter du ratafia ou tout simplement du jus de raisin.

Une qualité croissante qui est régulièrement récompensée au Salon de l’Agriculture ou encore dans le Guide Hachette des vins.

Des installations modernes

Mais en 2016, deux malheurs vont s’abattre sur le domaine. Tout d’abord, les entrepôts de stockage brûlent dans un incendie, causant la perte de 63 000 bouteilles. Et pour couronner le tout, les conditions météos ne sont pas favorables : le gel a fait des dégâts considérables, un épisode de chaleur a généré des foyers de pourriture et le mildiou est apparu.

Alors que les actionnaires auraient pu baisser les bras, ils ont décidé de se battre pour faire renaître le Montsaugeonnais. Les locaux ont dû être complètement reconstruits et les chais réaménagés. Les cuves sont à présent en inox et sont équipées d’échangeurs d’eau froide et d’eau chaude pour un meilleur contrôle de la température. Le local de vinification a été entièrement repeint. Auparavant le pigeage (ramener le marc en surface dans la partie liquide du moût) était fait manuellement, l’entreprise a investi dans un pigeur mécanique, évitant les risques de chute dans les cuves.

Excellente vendange 2017

Les visiteurs étaient invités à visiter le caveau le week-end dernier, lors des portes ouvertes et à goûter la cuvée 2 017.

L’inauguration a été officiellement lancée le 28 octobre par Charles Guené, maire de Vaux-sous-Aubigny (qui quittera ses fonctions 3 jours plus tard pour cause de non-cumul des mandats) et Christian Schenck, président du Muid Montsaugeonnais SA. Ce dernier a déclaré : « nous avons subi bien des épreuves, mais elles renforcent. Le Muid-Montsaugeonnais en sort plus grand, plus beau et plus fort, avec des installations plus qualitatives et plus pérennes. Ce projet nous a également permis de réunir des entreprises de grande qualité, pour la plupart locales ». Une bien belle journée pour tous les acteurs du vignoble, d’autant plus que le président a affirmé que « la vendange 2 017 est exceptionnelle, tant en qualité qu’en quantité »

Vous pourrez retrouver cet article dans notre édition du 03 Novembre 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2473 | décembre 2017

Dernier numéro
N° 2473 | décembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui