L'Avenir Agricole et Rural 05 juin 2020 à 08h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

Le marché laitier chahuté par le coronavirus

L’Institut de l’Elevage a analysé l’influence du Covid-19 sur les filières laitières*. En conventionnel la collecte a été impactée, mais les fermetures de la RHD ont eu une incidence limitée, compensée par le changement d’achat des consommateurs. Le bio est sur une forte dynamique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le coronavirus a stoppé la croissance de la production française de lait conventionnel.
Le coronavirus a stoppé la croissance de la production française de lait conventionnel. - © TM

Premier constat observé par l’institut de l’Elevage, le cours de la poudre maigre en France semble se stabiliser depuis la mi-avril, après avoir dévissé de 720 €/t en deux mois. Elle a même connu un sursaut de +60 €/t en une semaine pour atteindre 1 930 €/t début mai. La situation est un peu similaire pour le prix du beurre qui a chuté de -900 €/t entre la mi-février et la mi-avril pour finalement rebondir de +100 €/t en une semaine début mai à 2 800 €/t.

Une dynamique stoppée
En France, la collecte hivernale du lait de vache a augmenté de +1,2 % par rapport à la campagne précédente, mais cette croissance s’est stoppée en avril. Cette tendance, qui reste dans la moyenne des 5 dernières années, s’explique par plusieurs facteurs : une météo exceptionnellement chaude et sèche au mois d’avril, un cheptel laitier réduit (-1,8%) notamment à cause de nombreuses réformes laitières en mars (+9 %), des messages de modération des collecteurs (avec des incitations plus ou moins fortes) et du dispositif du CNIEL d’aide à la réduction des livraisons.

Changement de débouchés

Les ventes en restauration hors domicile (RHD) ont chuté de -75 à -85 %, mais ce débouché ne concentre que 6 % de la collecte française habituellement. La consommation de produits laitiers en RHD est estimée à moins de 2 milliard de litres équivalent lait, soit 18 % de la consommation des ménages. Un ralentissement est constaté chez les industries agro-alimentaires, jusqu’à -25 % selon certains transformateurs.

Les débouchés majeurs de la filière sont les ménages et l’export. Avec le confinement, les consommateurs ont massivement acheté des produits laitiers : +18 % sur 7 semaines. Les volumes de ventes supplémentaires aux ménages sont supérieures aux pertes de la RHD. Les achats de produits laitiers basiques et stockables ont également augmenté. La hausse est plus modérée en beurre et en crème, tandis que le lait liquide chute. Sans surprise, la vente en rayon traditionnel ou à la coupe est en baisse de -14 %, ce qui impacte particulièrement les fromages AOP. Ces derniers souffrent également beaucoup de la fermeture de la RHD et des marchés, dont 70 % ne se sont pas tenus pendant les deux premières semaines du confinement. Les exportations françaises étaient dynamiques en mars (+ 4,3 %) sauf pour le beurre et le lait infantile.

Une consommation boostée

Les débouchés se renforcent. Ils sont peu dépendants de l’export et de la RHD car 90 % des achats laitiers bio sont effectués par les ménages. Les opérateurs évoquent des commandes importantes de produits sous Marques de distributeurs (MDD) qui devraient être renforcées, ainsi que les marques nationales.

La consommation française augmente. Le lait bio était déjà le moteur du segment « laits liquides » ces derniers temps avec une hausse de 22 %. L’impact du confinement est moins marqué en bio que sur le segment dans son ensemble. Les demandes du même ordre sont en croissance sur les autres catégories.

En Allemagne la collecte a augmenté de 4 % au premier trimestre, mais elle est moins prononcée ces derniers mois car c’est la fin de la vague de conversion. Les prix ont marqué le pas en 2018, puis plus encore en 2019. L’année 2020 débute sur les même base que l’an passé. Les pratiques de consommation ont été modifiées, comme en France. Les achats de stockage sont très favorables au bio dont la croissance était prononcée depuis deux ans et plus affirmée que sur les produits conventionnels.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2618 | septembre 2020

Dernier numéro
N° 2618 | septembre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui