L'Avenir Agricole et Rural 01 avril 2021 a 09h00 | Par TM

Le GDS se déplace dans les élevages pour ses réunions cantonales

Le Groupement de Défense Sanitaire de Haute-Marne organise actuellement ses réunions cantonales. Au programme : la prophylaxie sur le département, le passage en phase 2 du plan de lutte contre la BVD et les avantages du parage, avec une démonstration par un professionnel.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Les réunions cantonales sont l’occasion pour le GDS de Haute-Marne de rappeler ses différentes missions et de présenter la répartition des aides aux éleveurs. Sur la campagne 2019/2020, plus de 340 000 € ont été reversés aux éleveurs. La grosse majorité de ces aides concerne la BVD : achat de boucles (113 000 €), analyses (46 000 €) et élimination des IPI (14 000 €).
Les deux autres gros postes concernent les aides pour la paratuberculose et la caisse coups durs. Cette dernière permet d’obtenir des indemnités dans en cas de crise sanitaire importante. 58 % des éleveurs haut-marnais y adhèrent.

Bilan de prophylaxie
Lors de la campagne 2019/2020, sur les 1340 interventions programmées, 1185 ont été réalisées, dont 98,5 % se sont révélées conformes. Au 30 mars 2020, 17 cheptels n’étaient pas terminés, soit 1,5 % des interventions.

La BVD toujours présente
La lutte contre la BVD (diarrhée virale bovine) progresse. 96 % des éleveurs haut-marnais sont engagés dans la prévention de cette maladie et les résultats sont encourageants. Lors de la campagne 2018/2019, 67 % des bovins du cheptel haut-marnais étaient qualifiés non IPI et 272 IPI ont été détectés, soit 0,6 % de positifs. Un an après, 89 % du cheptel sont qualifiés non IPI et 210 IPI sont dépistés, soit 0,1 % de positifs. Certains cantons sont en-dessous des 3 % de naissances sans statut comme Chaumont, Châteauvillain, Laferté sur Amance et Neuilly-l’Evèque.

En revanche d’autres sont au-delà des 10 %, c’est le cas de Wassy, Auberive et Bourbonne-les-Bains. Les cantons ayant le plus de bovins positifs à la BVD sont Bourmont, ainsi que Montigny et Neuilly-l’Evèque (voir carte). A l’inverse, aucun cas positif n’a été détecté dans les cantons de Saint-Dizier, Wassy, Joinville et Doulaincourt-Saucourt.

Que sont devenus les bovins IPI de la campagne 2019-2020 ? 66 % sont morts et 18 % ont terminé en boucherie. Malheureusement, 9 % des animaux IPI ont été vendus et 7 % sont restés dans l’élevage, ce qui contribue à répandre la maladie.
Notre département se prépare à entrer dans la phase 2 du plan de lutte contre la BVD. L’objectif du passage en phase 2 est de préparer la surveillance sérologique sur le département à l’horizon 2023 avec des sentinelles BVD. Il s’agit d’aller progressivement vers l’arrêt de la vaccination et des boucles auriculaires à la naissance.

Le plan paratuberculose
La paratuberculose est causée par une mycobactérie. Cet agent pathogène contaminant et résistant (congénères, descendances…) est à l’origine de lourdes pertes économiques. Un animal infecté s’abreuve de façon excessive, s’amaigrit très rapidement et a une diarrhée bulleuse et fétide. Lorsqu’un animal exprime la maladie et ses symptômes cliniques, il est incurable et la mort survient rapidement. Pour gérer cette pathologie, le GDS propose un accompagnement technique et financier.

Si un éleveur décide de s’engager, il signe un plan paratuberculose avec son vétérinaire et le GDS, pour une durée de cinq ans.

Les prochaines réunions cantonales du GDS
(de 9 h 30 à 12 h 30) :

Secteur Nord Haute marne :

Le mardi 06/04/2021 à Louze au GAEC Pasquier

Le jeudi 08/04/2021 à Mareilles à l’EARL du Verger

Le jeudi 15/04/2021 à Chevillon à l’EARL de Chatillon

Secteur Centre :

Le mardi 13/04/2021 à Sommerecourt au GAEC du Pont st Part

Secteur Sud :

Le mercredi 21/04/2021 à Culmont au GAEC de la Source du Saolon

Le jeudi 22/04/2021 à Gilley au GAEC des petits Prés

Le vendredi 23/04/2021 à Cour l’évêque au GAEC des allouaires

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2662 | juillet 2021

Dernier numéro
N° 2662 | juillet 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous