L'Avenir Agricole et Rural 22 novembre 2018 à 09h00 | Par T. Morillon

Le chêne, star des ventes

La dernière vente d’automne de bois sur pied à Semoutiers a connu un fort succès, notamment grâce à un marché du chêne toujours aussi porteur. Pour la première fois, le catalogue proposait 1500 m³ de bois abattus en bord de route, une technique qui a permis de vendre des lots difficiles à exploiter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les épicéas sont victimes d’attaques de scolytes. Le marché des résineux sera t-il impacté ?
Les épicéas sont victimes d’attaques de scolytes. Le marché des résineux sera t-il impacté ? - © F. d'Alteroche

La salle des fêtes de Semoutiers était pleine à craquer le 7 novembre, lors de la traditionnelle vente d’automne organisée par les Coopérateurs Producteurs Forestiers de Haute-Marne (CPF 52).

Le Grand Est au rendez-vous
Sur les 81 articles proposés (20 700 m³ de bois sur pied), seulement 11 lots n’ont pas trouvé preneurs, bien souvent parce que les arbres sont de moindre qualité ou à cause de la difficulté d’accès au site. Néanmoins ce fut une très belle vente puisque les 29 acheteurs, originaires principalement du Grand Est et de Côte d’Or, ont dépensé plus de 2 millions d’euros. Beaucoup d’entreprises haut-marnaises étaient bien sûr au rendez-vous : la scierie Richardot (Montigny-le-Roi), les établissements Marchand (Montier-en-Der) et la SARL Laiolo Frères (Eurville) sont les trois sociétés ayant remporté les lots au montant le plus élevé.

Vendre les invendus
Une nouveauté cette année : la vente de bois « abattus bord de route ». « Il s’agissait de lots difficiles à exploiter ou tout simplement des invendus des ventes précédentes, certains depuis plusieurs années » explique Michaël Léotier. « Ce sont essentiellement des frênes attaqués par la chalarose. Les propriétaires veulent vite replanter, alors pour faciliter la vente, CPF 52 abat les arbres, les façonne et les débarde.
Cette technique permet de faciliter l’achat puisque le travail est déjà fait, il suffit de venir chercher le bois en bord de route ». Résultat : la totalité des 1500 m³ de frêne et de chêne ont été vendus, et à de bons prix. Devant un tel succès, le CPF 52 renouvellera l’opération à l’occasion de ses prochaines ventes.

Inquiétudes sur l’épicéa
Actuellement, les attaques de scolytes (insectes coléoptères) sont en forte augmentation, à tel point qu’elles sont entrées dans une phase épidémique. Ce phénomène est causé par l’augmentation de la population de ces insectes, mais est accentué par les sécheresses depuis 2015 (et notamment celle de 2018) car le manque d’eau affaiblit les arbres qui ne peuvent plus se défendre contre les attaques. De plus, la tempête Eleanor a envenimé les choses : les arbres tombés à terre n’ont pas été exploités à temps et ceux-ci sont des foyers de reproduction pour les scolytes. « La situation est inquiétante, nous devrons vendre 10 000 m³ d’épicéa en plus du volume habituel, et il faut le faire vite car c’est au printemps que l’insecte contamine les arbres voisins » déclare Michaël Léotier qui n’exclut pas que cette crise ait un impact sur le cours des résineux. Car si la situation ne s’inverse pas, le marché risque d’être inondé d’épicéas, entraînant une chute des prix.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2525 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2525 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui